Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le pays en coupe réglée

, par


Si, à la reddition solennelle du Japon, le 2 septembre, en baie de Tokyo, Leclercreprésentait la France à bord du Missouri. le même jour, à Hanoi, Ho Chi Minh proclamait l’indépendance du Vietnam. Au nord du 16e parallèle, la France restait ignorée, et la place à la cérémonie locale de reddition les troupes japonaises fut prévue à un rang tel que nos représentants jugèrent préférable Je ne pas y assister.
Et pourtant, tout pouvait encore être sauvé. Tant de ruines, tant de sang, tant d’amers regrets pouvaient encore être épargnés. Si nous avions été libres de nos mouvements, soutenus par nos alliés dans le nord de l’Indochine comme nous le fûmes dans le sud, aidés dans notre sincère désir de rapprochement et d’entente avec nos anciens protégés, et non pas systématiquement soupçonnés et écartés, un modus vivendi acceptable aurait été possible entre Français et Vietnamiens. Le message en cinq points que Ho Chi Minh m’avait fait parvenir à KouentiMing en juillet semblait le souhaiter et ouvrait la voie. Les accords qui, malgré tout, seront signés sept mois plus tard, le 6 mars 1946, en apporteront la preuve.
Si j’établis une comparaison entre le Nord et le Sud-Vietnam, c’est qu’en effet la situation était très différente en Cochinchine. Nos alliés britanniques, chargés d’y désarmer les Japonais, s’acquittèrent scrupuleusement de leur mission, exigeant de l’état-major nippon qu’il maintînt l’ordre, dont ils le rendaient responsable, et mît fin aux désordres qui, dans les journées précédant leur arrivée, avaient déjà fait des victimes parmi la population française. Dès le 4 septembre, les Britanniques remirent en liberté et réarmèrent les prisonniers de guerre français, australiens, indiens et hollandais. Ils rendirent aux Français la responsabilité des services essentiels à la vie normale du pays ; jamais ils ne semblèrent mettre en doute les droits légitimes de la France.
Au nord du I6e parallèle, les Chinois cédaient à des soucis bien différents. le Tonkin, le Nord-Annam et le Nord-Laos furent tout d’abord mis en coupe réglée par une soldatesque à laquelle certains éléments du haut commandement n’hésitèrent pas à donner l’exemple. Bien plus, la Chine, reprenant à son compte l’oeuvre entreprise par les agents de la Kempeitaï japonaise, s’employait à accentuer, jusqu’à la rendre irréversible, la rupture entre Français et Vietnamiens. « L’Asie aux Asiatiques », c’est toujours le même objectif et le même mot d’ordre.

Jusqu’au départ de leurs dernières unités, qui prolongèrent leur présence au
Nord-Vietnam bien au-delà des opérations de reddition (fin septembre 1946), les Chinois, et principalement le maréchal Tchang Fa Kouei et ses agents, cherchèrent, par le biais des mouvements nationalistes vietnatimiens à leur dévotion, à s’assurer une maintimise plus ou moins totale sur le Nord-Vietnam.
La manoeuvre était si évidente qu’elle ne tarda pas à inquiéter le Viet-Minh lui-même, qui jugea sage de ne pas couper complètement les ponts avec la France.
Dans une interview qu’il accorda, en janvier 1946, à un journal parisien, Ho Chi Minh précisa le fond de sa pensée : « Nous n’avons aucune haine contre la France et le peuple français. Nous les admirons beaucoup et nous ne désirons pas rompre les liens qui unissent si fort nos deux peuples. Mais nous demandons que la France fasse le premier pas sincère et concret. Nous le souhaitons d’autant plus quand nous voyons d’autres nations chercher à s’immiscer dans des affaires qui nous regardent en propre. Il ne faut pas que nos deux peuples laissent à ces pays l’occasion de nous faire la morale. Nous voulons, nous devons nous arranger entre nous. Mais, sachez-le bien, nous sommes décidés à lutter jusqu’au bout si la lutte nous est imposée. »

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.