Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le mur de Berlin Contexte

, par

« Quand le drapeau rouge flottera au-dessus du palais de Buckingham, rappelez-vous que tout a commencé le 13 août, lorsque vous avez laissé les communistes fermer Berlin-Est sans vous y opposer ! » Ce commentaire, recueilli par un journaliste peu après la construction du « mur », illustre bien l’amertume ressentie par les Berlinois de l’Ouest à l’égard des Occidentaux qui avaient permis une telle violation du statu quo. Les réactions des Occidentaux ne furent certes pas analogues à celles qu’ils avaient eues quand les communistes avaient précédemment menacé Berlin en 1948. Qu’y avait-il de changé dans la politique menée par les grandes puissances ?
DANS les dix années qui suivirent le blocus de 1948, le problème de Berlin était resté un point brûlant. Cette ville occupée par les quatre puissances représentait un sujet de perpétuelle irritation pour l’Allemagne de l’Est et pour les Soviétiques, car elle constituait une sorte d’îlot d’influence occidentale. Et surtout, elle offrait une ouverture vers l’ouest, ouvertur que les Allemands de l’Est mettaient am plement à profit.
Pendant douze ans, ils s’enfuirent a rythme de 20 000 par mois : C’était à la foi une condamnation du régime d’Ulbricht et une saignée inacceptable de la main-d’oeuvre indispensable à l’économie chancelante de l’Allemagne de l’Est. Ne fût-ce que pour ces raisons d’ordre purement pratique, il fallait faire quelque chose.
Mais il y avait aussi des raisons politiques graves. L’Allemagne de l’Ouest entendait que Berlin redevînt la capitale d’une Allemagne magne réunifiée. Cette politique constituait une menace directe à la consolidation de l’empire soviétique d’Europe orientale. Pour éliminer cette menace, Khrouchtchev voulut mettre fin au statut de Berlin prévoyant son contrôle par les quatre puissances. Mais la position des Occidentaux était forte ; elle découlait en effet de l’accord d’occupation conclu en 1944, lequel, en théorie, liait aussi bien l’Union soviétique que ses alliés du temps de guerre. La campagne qui suivit fut un chef-d’oeuvre de ruse et d’efficacité de la part de Khrouchtchev.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.