Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La musette d’urgence...

, par

Il y a six mois que nous suivons un entraînement intensif. Sur le plan individuel, nous sommes prêts. Mais nous allons être appelés à travailler en groupes, en petites équipes d’une douzaine d’hommes chargées chacune d’un secteur de guérilla. La vie des maquis, les missions dangereuses qui nous attendent, nécessitent que ce groupe soit formé d’hommes qui se connaissent, qui s’entendent et où la confiance soit mutuelle. C’est pourquoi, les équipes constituées doivent subir un dernier entraînement de groupe dans des conditions aussi proches que possible de la réalité.
Chaque groupe perçoit son équipement complet de combat.

Nous touchons donc notre habillement de jungle en coloration adaptée à l’environnement. Tout notre matériel est d’ailleurs adapté pour le camouflage, que ce soit le savon, les tubes de pâte dentifrice... ou le papier hygiénique. Nous recevons nos trousses à pharmacie, notre armement individuel, notre armement et équipement collectif : fusil de chasse, mortier, fusil mitrailleur, explosifs et tous les accessoires de sabotage, moustiquaires, toiles de tente, trousses de pêche, munitions... En fait de vivres, nous ne percevons qu’un .minimum : sel, sucre, thé, farine, fruits ou légumes déshydratés. Toute la viande et les légumes frais devront être acquis par le piégeage et la cueillette dans la forêt.

Un beau jour, une camionnette « mangouste » nous dépose au détour d’un sentier dans les profonds massifs forestiers du sud de Belgaum, les autres groupes à quelques dizaines de kilomètres de là. Nous devons les considérer comme des gens hostiles, éviter absolument d’être vus et chercher, au contraire, à découvrir leur cantonnement, à en faire l’étude et à en préparer l’attaque.
Nous avons donc un cadre de travail, complété par le fait que nous devons également éviter d’être vus par les rares villages du secteur ou par les bûcherons qui travaillent aux coupes forestières.
Nous devons aussi vivre comme nous aurons à le faire, construire notre camp, établir des cachettes, des itinéraires d’accès et de repli cachés ou piégés, vivre, c’est-à-dire nous nourrir et rester en bonne santé, faire le relevé topographique complet de la région avec notre seule boussole comme nous le ferons lorsque nous serons parachutés, rechercher des terrains de droppage, étudier les routes et les rivières pour y préparer embuscades et sabotages.

Au cours des quatre mois que nous passons au plus profond de la jungle, en pleine saison de la mousson, avec de la pluie chaque jour, nous allons plusieurs fois changer de camp. Chaque fois, c’est la même routine. Il faut d’abord explorer pour dénicher l’endroit idéal. Une fois l’emplacement choisi, il faut porter le matériel sur des balanciers ou suspendu à des perches, opération toujours fatigante et pénible car, pour ne pas créer un sentier, il faut emprunter des chemins dans les rochers ou dans le cours des rivières.
Le matériel enfin porté, il faut construire la cabane, cabane de groupe ou cabane individuelle, c’est-à-dire qu’il faut couper des bambous ou des rondins, les assembler, aller à la récolte de brassées d’herbes, les assembler en bottes, chaumer le toit ou disposer des gouttières de bambou.
Il faut construire un plancher et des lits en bambou, préparer le foyer, l’abri radio, les caches d’armes ou d’explosifs qui doivent être à l’abri de l’humidité. Il faut installer un garde-manger à l’abri lui aussi de l’humidité et des atteintes des champignons, des rongeurs ou des civettes, des termites et des fourmis...
Il faut chercher l’emplacement où nous nous laverons et installer un dispositif pour empêcher l’eau savonneuse de dévoiler notre position en aval. Il faut préparer les voies d’accès de telle façon que nul curieux ne puisse parvenir à notre camp ; nous utilisons pour cela des cours d’eau, des passages rocheux où les traces ne s’impriment pas. Il faut couper des pistes secrètes bien camouflées pour une éventuelle rapide retraite, creuser des trous dans lesquels, en cas d’attaque ou de départ précipité, nous disposerons, bien à l’abri dans des containers hermétiques, les explosifs ou les munitions.
Il faut établir à plusieurs kilomètres du camp, des caches bien camouflées et bien à l’abri de l’humidité, des termites, dans lesquelles nous plaçons des rechanges, poste radio, armes, munitions, médicaments, vêtements...

Si nous devons évacuer précipitamment notre camp, nous pouvons abandonner tout, nous irons nous réapprovisionner dans notre cachette. Cependant, nous conservons toujours à pottée de la main, que nous allions nous laver ou que nous soyons en train de couper du bois ou de faire la cuisine, une musette d’urgence qui contient quelques chargeurs de mitraillette pour Sten, quelques ustensiles de sabotage, de l’atébrine, des comprimés MB, quelques aliments de secours à fort pouvoir calorique, une. boussole, les cristaux de la radio, le code... Avec cela, et notre poignard qui ne nous quitte jamais, nous pouvons rester cachés plusieurs jours, s’il le faut, avant de rejoindre la cachette de réapprovisionnement.

Tous les jours nous marchons, nous chassons, nous faisons notre cuisine, à tour de rôle. Par groupes de deux ou trois, nous partons en reconnaissance pour tâcher de localiser les camps adverses. Pour cela, nous étudions systématiquement tous les sentiers pour y déceler des traces de pas, tous les ruisseaux pour y découvrir des traces de savon. Nous écoutons attentivement pour repérer bruits d’abatis ou détonations.

Nous faisons de longs raids pour « attaquer » un village, cinquante kilomètres en huit heures dans la jungle. Le chef de groupe a établi un programme d’entraînement et d’entretien qui nous tient en haleine toute la journée. La nuit, à tour de rôle, chacun prend la veille, à quelque distance du camp, là où l’écoute est la meilleure. Nous savons maintenant notre destination et nous nous sommes mis à l’étude .de la langue locale, de la géographie, de l’histoire.

Et puis, un beau jour, une camionnette vient nous rechercher et nous déposer à la gare. Après trois jours de train, nous nous retrouvons au terrain de Jessore, au Bengale. On nous donne un équipement neuf, des cartes... et nous montons dans le grand « Liberator » qui nous attend... Dans huit heures, nous sauterons, en pleine nuit... pour de bon, sur les arrières de l’ennemi.


Sources : Article de Michel Chaply Historia Magazine Tallendier 1969

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.