Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La mission suicide du 1 B.E.P.

, par

La journée du 6 octobre va être capitale. La colonne Charton progresse toujours lentement mais sans difficultés insurmontables et arrive sur 590. Toutefois, deux incidents aux conséquences désastreuses pour l’avenir marquent la journée : une compagnie de partisans qui, sous les ordres de son capitaine, agissant de sa propre initiative, tente de faire la jonction avec la colonne Lepage - l’officier ignore qu’elle est encerclée -tombe dans une embuscade meurtrière. Pour la sortir de cette souricière, il faut engager tout le bataillon. « Une compagnie de partisans, peut-être la meilleure, écrit Charton, fut mis hors de combat et surtout un temps précieux fut perdu ».
Deuxième incident : le groupe de civils, difficile à commander, s’arrête pour une cause inconnue. Le 3e/3 R.E.I. qui suit croit à une halte commandée et s’arrête à son tour.

Il ne débouche sur 590 que vers 18 heures après avoir mené d’assez durs combats d’arrière garde.
A Langson, pourtant, les yeux se sont ouverts : on prend conscience de la situation. Lepage reçoit l’ordre de décrocher.

Encore faut-il pouvoir le faire.
A 15 heures le colonel Lepage qui, conformément aux ordres, prend le commandement des deux groupements désormais proches, demande au lieutenant-colonel Charton de stopper sur place et d’envoyer immédiatement des éléments sur les pitons de Qui Chay pour l’aider à déboucher des gorges de Coc Xa, appelées aussi « La Source », seul endroit par où quitter la cuvette maudite. Lepage a en effet l’intention de décrocher le 7 octobre au lever du jour.

Charton, pourtant hostile à cette solution, obéit. « A ce moment, écrit-il dans son livre R.C.4, rien ne s’opposait à ce que la progression de mon groupement vers That Khé se poursuive. Une fois-là, aidé des canons de That Khé, j’aurais ouvert la R.C.4 en direction de Lepage. Mais celui-ci refusait cette solution : "Je suis encerclé, me dit-il par radio, et je ne peux pas tenir 24 heures de plus. Restez donc sur place et attendez-moi".
 »
Pour percer, Lepage ne voit qu’une unité : le 1" B.E.P. Ou du moins ce qu’il en reste. C’est une mission suicide. Sur les 800 hommes que compte à l’origine le bataillon, le commandant Segrétain et son adjoint, le capitaine Jeanpierre n’en comptent plus que 300 à peine, épuisés par les combats des jours précédents, à court de munitions : une dizaine d’obus de mortier. quelques grenades. Le B.E.P., seul, sans appui, va se faire décimer.

Segrétain et Jeanpierre demandent à Le-page l’autorisation de retarder l’opération. Il faut, disent-ils, demander au général Carpentier d’envoyer le lendemain matin l’aviation de chasse. Alors là, oui, on passera. Lepage consent et sollicite l’appui aérien nécessaire. On le lui refuse : la météo est mauvaise. Lepage envoie à Segrétain un message ainsi conçu : « Percez coûte que coûte : le sort du groupement est entre les mains du 1" B.E.P. ». Il est minuit.


Sources "Connaissance de l’histoire" Hachette 1982

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.