Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La flotte de l’amiral « Tom Pouce »

, par

Personne ne voulait céder et, pendant des semaines, les discussions furent serrées. Finalement, Churchill passa outre et l’on envoya le Repulse et le Prince of Wales se débrouiller tout seuls et du mieux qu’ils pourraient. A Singapour, tout le monde se félicita de cette décision, à l’exception de certains qui portaient un jugement pessimiste sur une flotte si mal équilibrée puisqu’elle manquait totalement de soutien aérien. En effet, la force Z aurait dû comprendre le nouveau porte-avions Indomitable, mais il avait été endommagé pendant ses essais aux Antilles et il était en réparation. De toute façon, la R.A.F. n’avait pas de bombardiers modernes en Malaisie.
Cela dit, même livrés à eux-mêmes, les deux bâtiments constituaient aux yeux de bien des observateurs une puissante force de combat. Certes, ils étaient fort différents l’un de l’autre : le Prince of Wales, cuirassé flambant neuf, fleuron de la construction navale moderne, le Repulse, survivant d’une génération bien antérieure de bâtiments de combat.
Achevé en 1916, il appartenait à une époque où l’aviation n’était pas vraiment dangereuse et, malgré deux tentatives pour le moderniser, il manquait encore, en 1941, du blindage horizontal nécessaire pour le protéger contre des attaques aériennes. Il était commandé par William Tennant, futur amiral, très admiré et aimé de ses hommes. Le Prince of Wales, puissamment blindé, avait été achevé seulement en 1941. Plus lent que le Repulse, avec un maximum de 28 noeuds et demi, et plus gros, avec un déplacement de 35 000 tonnes, il possédait un blindage horizontal exceptionnel. Premier cuirassé anglais à tourelles quadruples, il devait être doté à l’origine de 12 canons de 356 mm, mais deux avaient été sacrifiés au blindage ; il avait, en outre, seize canons de 132, soixante canons antiaériens de 40 mm, de nombreuses mitrailleuses lourdes.
John Leach commandait le Prince of Wales, qui, sous ses ordres, avait déjà une carrière bien remplie, quoique brève. Il avait reçu le baptême du feu contre le Bismarck, alors qu’il était à peine achevé (cent ouvriers des chantiers étaient encore à bord au cours de l’engagement) ; il avait transporté Churchill à Terre-Neuve pour la fameuse réunion de la Charte de l’Atlantique avec Roosevelt. Mais un point noir : pendant la bataille contre le Bismarck, cinq de ses dix canons avaient eu des défaillances mécaniques, témoignant d’un manque inquiétant de mise au point.
Dans le port de Singapour, la différence entre les deux navires s’accentua. Le Prince of Wales, surnommé « Incoulable » ou le « Yacht de Churchill », était la vedette ; les visites des autorités se succédaient à son bord. Le Repulse, lui, était l’ « Anonyme ». On avait caché son nom à Singapour, dans la vaine intention de dissimuler sa présence à l’ennemi et de dévoiler qu’il était le seul navire important à accompagner le Prince of Wales ; son équipage était consigné à bord et n’avait pas le droit de mentionner dans la correspondance privée l’endroit où il se trouvait.
Quatre destroyers escortaient les deux cuirassés. Deux d’entre eux, l’Express et l’Electra, étaient d’excellents bâtiments de la Home Fleet. Les deux autres, le Vampire, de nationalité australienne, et le Tenedos, britannique, avaient été choisis au dernier moment pour remplacer deux destroyers défaillants. Le Tenedos devait d’ailleurs être rapidement retiré car ses réserves de combustible étaient insuffisantes pour ce genre d’opérations.
L’amiral sir Tom Phillips commandait la flotte britannique d’Extrême-Orient. Ancien chef adjoint de l’état-major naval, c’était un officier exceptionnellement intelligent et compétent, que ses hommes appelaient l’amiral « Tom Pouce », en raison de sa petite taille. Phillips était de ceux qui n’avaient pas une confiance excessive dans les possibilités de la force Z. Dès l’arrivée des navires dans le port de Singapour, Phillips avait compris qu’il serait vain d’espérer les voir remplir la mission qu’on leur avait confiée. Le 3 décembre, il annonça son intention d’envoyer le Repulse et deux destroyers à Port Darwin, officiellement pour une croisière de manoeuvres, mais en réalité pour étudier la possibilité d’utiliser Port Darwin comme base. Ils partirent le 5 décembre, mais, le 6, on apprit à Singapour la présence d’une flotte japonaise de débarquement au large de la côte méridionale d’Indochine et les navires furent rappelés à la hâte.
L’inquiétude pour la sécurité de la force Z croissait ; même à Londres, on se préoccupait plus du sort des bateaux que de leur mission. L’Amirauté suggéra à Phillips de mettre le cap à l’est pour rejoindre la flotte américaine d’Asie ; Churchill lui-même revint sur son optimisme initial et demanda que « les mouvements de la flotte soient tenus secrets le plus vite possible » ; Phillips s’envola pour Manille afin de conférer avec l’amiral américain Hart et s’entendre avec lui sur une stratégie navale commune dans le Pacifique.
C’est alors que, comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, arrivèrent les nouvelles des attaques japonaises sur Pearl Harbor, Hong Kong, les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie.


Historia magazine 1968

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.