Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La chute de l’Empire

, par

Une bonne partie de la confiance que l’empire avait capitalisé jusque là s’évanouit. Thiers et Jules Favre, en tant que représentants de l’opposition, dénoncèrent les erreurs de 1866. Emile Ollivier divisa la majorité officielle par l’amendement de l’article 45, et fit comprendre qu’une réconciliation avec l’Empire serait impossible jusqu’à ce que l’Empereur libéralise réellement le régime. Le rappel des troupes françaises de Rome, en accord avec la convention de 1864, donna lieu à de nouvelles attaques du parti ultramontain, qui était soutenu par la papauté. Napoléon III sentit la nécessité de développer le grand acte de 1860 par le décret du 19 janvier 1867. En dépit de Rouher, par un accord secret avec Ollivier, le droit d’interpellation fut rendu aux Chambres. Les réformes dans la supervision de la presse et le droit de réunion furent promises. En vain, Rouher tenta de rencontrer l’opposition libérale en organisant un parti pour la défense de l’Empire, l’Union Dynastique. La rapide succession de revers internationaux l’empêcha de faire quoi que ce soit.

L’année 1867 fut particulièrement désastreuse pour l’Empire. Au Mexique, la grande idée du règne se termina par une retraite humiliante avant l’ultimatum des États-Unis, tandis que l’Italie, comptant sur sa nouvelle alliance avec la Prusse et oubliant déjà ses promesses, mobilisait les forces révolutionnaires pour compléter son unité en conquérant Rome. Les « chassepots » de Mentana étaient nécessaires pour tenir en échec les Garibaldiens. Et la diplomatie impériale fut ridiculisée par sa tentative d’obtenir du victorieux Bismarck des compensations territoriales sur le Rhin, en Belgique et au Luxembourg, qui auraient pu être obtenues de lui plus tôt à Biarritz, quand Benedetti ajouta l’erreur de demander au mauvais moment, il eut l’humiliation de ne rien obtenir.

Parallèlement , la France menait une politique de prestige qui impressionna toute l’Europe . Dans le Paris transformé par le Baron Haussmann en une cité moderne , capitale des arts et de la culture, l’ouverture de l’exposition universelle de 1867 accueillit dix millions de visiteurs et des souverains venus de toute l’Europe . Un succès qui fut quelque peu terni par la tentative d’assassinat de Berezowski sur le tsar Alexandre II de Russie, et par le tragique destin du malheureux empereur Maximilien au Mexique. Thiers , un peu excessif, s’exclama qu’il n’y avait plus d’autres erreurs à faire. L’Empereur en commit cependant une de plus . Vieux et infirme l’empereur parvint pourtant à mettre en place un empire constitutionnel , trouvant dans le danger qu’impliquait une telle option , plus d’énergie qu’il n’en dépensa les 20 années précédentes . Pour autant , un grand succès intenational lui était nécessaire pour reconquérir définitvement une opinion qui appréciait (comme le montre le plébiscite de 1870) le tournant libéral du régime . Assez mal conseillé , il crut voir dans la guerre contre la Prusse l’occasion à ne pas manquer pour stabiliser définitivement le régime .

Napoléon se dirigea vers la guerre sans faire les préparatifs nécessaires. Le comte Beust tenta de ressusciter sans succès, avec le soutien du gouvernement autrichien, le projet abandonné par Napoléon depuis 1866 d’une résolution sur la base d’un statu quo avec désarmement réciproque. Napoléon refusa, sur le conseil du colonel Stoffel, son attaché militaire à Berlin, qui indiquait que la Prusse n’accepterait par le désarmement ; mais il était plus inquiet qu’il ne voulait le montrer. Une refonte de l’organisation militaire lui semblait nécessaire. Le maréchal Niel fut incapable de l’obtenir que ce soit de l’opposition bonapartiste ou de l’opposition républicaine, qui était réticente à renforcer celui qu’elle qualifiait de "despote" . Les deux parties étaient rendues aveugles aux dangers extérieurs par les intérêts politiques.

L’empereur était abandonné par les hommes et déçu par les évènements. Il avait vainement espéré que, même en donnant la liberté de la presse et en autorisant les réunions, il garderait la liberté d’action ; mais il avait joué le jeu de ses ennemis. Les Châtiments de Victor Hugo, La Lanterne, journal de Rochefort, la souscription au monument à Baudin, le député tué dans les barricades en 1851, suivis par le discours de Léon Gambetta contre l’Empire à l’occasion du procès de Charles Delescluze, montrèrent rapidement que le parti républicain n’était pas conciliable.

De l’autre côté, le parti orléaniste était devenu mécontent parce que les industries autrefois protégées n’étaient pas satisfaites par la réforme du libre-échange. La classe ouvrière avait abandonné sa neutralité politique qui ne lui avait rien apporté, et était passée à l’ennemi. Ignorant l’attaque dépassionnée de Pierre-Joseph Proudhon contre l’esclavage du communisme, elle avait été progressivement gagnée par les théories collectivistes de Karl Marx et les théories révolutionnaires de Bakounine, mises en avant aux congrès de la Société internationale des travailleurs. À ces congrès, dont la renommée n’avait été qu’augmentée par leur interdiction, il avait été confirmé que l’émancipation sociale du travailleur était inséparable de son émancipation politique. L’union entre les internationalistes et les bourgeois républicains devint un fait accompli.

L’Empire, pris par surprise, essaya de circonvenir à la fois les classes moyennes et les classes laborieuses, ce qui les entraîna dans des actions révolutionnaires. Il y eut de nombreuses grèves. Les élections de mai 1869, qui eurent lieu durant ces troubles, infligèrent à l’Empire une importante défaite morale (40% pour l’opposition) même si l’empire gardait le soutien essentiel de la paysannerie . En dépit du renouveau du gouvernement grâce à la peur rouge, Ollivier, l’avocat de la conciliation, fut rejeté par Paris, tandis que 40 irréconciliables et 116 membres du Troisième parti étaient élus. Des concessions devaient leur être faites, ainsi par le « sénatus-consulte » du 8 septembre 1869 une monarchie parlementaire se substitua au gouvernement personnel. Le 2 janvier 1870 Ollivier était placé à la tête du premier ministère homogène, uni et responsable.

Mais le parti républicain, contrairement au pays qui réclamait la réconciliation de la liberté et de l’ordre, refusait de se contenter des libertés acquises ; ils refusèrent tout compromis, se déclarant plus décidés que jamais à renverser l’Empire. Le meurtre du journaliste Victor Noir par Pierre Bonaparte, un membre de la famille impériale, donna aux révolutionnaires l’opportunité si longtemps attendue (10 janvier). Mais l’émeute se termina par un échec et l’empereur put répondre aux menaces personnelles par une éclatante victoire au plébiscite du 8 mai 1870.

Ce succès qui aurait dû consolider l’Empire entraîna sa chute. Il était supposé qu’un succès diplomatique puisse faire oublier la liberté en faveur de la gloire. C’est en vain qu’après la révolution parlementaire du 2 janvier 1870 le comte Daru ressuscita, par l’intermédiaire de Lord Clarendon, le plan du Comte Beust de désarmement après la bataille de Sadowa (Königgratz). Il rencontra un refus de la Prusse et de l’entourage impérial. L’Impératrice Eugénie est créditée de la remarque « S’il n’y a pas de guerre, mon fils ne sera jamais empereur. »


sources : wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.