Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La bataille des Saintes 1782

, par

La bataille des Saintes se déroula du 9 avril au 12 avril 1782, pendant la guerre d’indépendance des États-Unis, entre la flotte anglaise dirigée par George Rodney et la flotte française dirigée par le Comte de Grasse. La flotte anglaise en sortit victorieuse. L’affrontement fut baptisée du nom des Saintes, un groupe d’îles situé entre la Guadeloupe et la Dominique[1] dans les Antilles.

Préliminaires de la bataille

La France possédait déjà quelques îles antillaises et désirait envahir la Jamaïque, alors colonie anglaise.

Le 7 avril 1782, le Comte de Grasse quitte la Martinique avec 35 navires de ligne, dont 2 armés de 50 canons, et un grand convoi de plus de 100 navires de transport, à la rencontre de la flotte espagnole composée de 12 vaisseaux de ligne et transportant 15 000 soldats, en vue de conquérir la Jamaïque. Il est poursuivi par la flotte anglaise composée de 36 vaisseaux et commandée par les amiraux George Brydges Rodney et Samuel Hood qui les rattrappe le soir même grâce à la rapidité de leurs navires dont la coque était revêtue de panneaux de cuivre qui empêche la flore marine de s’y fixer.

Le 9 avril, de Grasse ordonne au convoi se réfugier en Guadeloupe et fait mettre ses navires en ordre de bataille pour couvrir leur retraite. Les deux flottes se trouvait alors sous le vent de l’île de la Dominique. Tout d’abord, 8 navires de l’avant-garde anglaise engagèrent 15 bâtiments français. Lorsque le gros de la flotte anglaise s’approcha de la zone des combats, les navires français rompirent le contact pour couvrir la retraite du convoi. Pendant les deux jours qui suivirent, les deux unités se firent face sans combattre pour réparer les dégâts du premier affrontement.

Déroulement de la bataille

Le 12 avril, Rodney attaqua les 30 navires français avec ses 36 bâtiments. Par un vent faible d’est-nord-est, les deux flottes alignées sur deux files commencèrent le combat en allant à la rencontre l’une de l’autre selon la tactique de la ligne de bataille. Les Français ne pouvaient tirer profit de leur allure au vent car ils étaient pris en tenaille entre la flotte anglaise et la côte est de la Dominique. Vers 9 h 20, le vent tourna au sud-est ce qui obligea les Français qui tiraient une bordée vers le sud à se laisser déporter à tribord vers la file de bâtiments britanniques. Quelques bâtiments français tentèrent de virer de bord ce qui rompit l’ordre de bataille. Les Anglais ayant désormais le vent en poupe en profitèrent et Rodney sur son vaisseau amiral le HMS Formidable, suivi de cinq autres, s’engagea dans une brèche entre les Français. Derrière lui, Hood fit de même et interrompit la ligne française juste devant le vaisseau amiral Ville de Paris du Comte de Grasse.

Dans cette position, les Anglais pouvaient faire feu de chacun des deux côtés et sur courte distance, leurs canons (des caronades) étaient particulièrement efficaces. Ce faisant, Rodney et Hood abandonnaient cependant le côté au vent aux Français et n’étaient plus en mesure de les empêcher de fuir. Cependant le vent tomba et laissa les navires en panne. L’après-midi, lorsqu’un léger vent d’est se leva, la flotte française était entièrement disloquée. De Grasse ordonna un repli général mais celui-ci ne se fit pas dans l’ordre. Les Anglais capturèrent quatre navires français et attaquèrent le Ville de Paris qui était isolé. De Grasse se rendit avec son bâteau amiral et laissa sa flotte s’enfuir. Le César, capturé par les Anglais, explosa.

Conclusion

Le reste de la flotte française rejoignit la flotte d’invasion près du Cap Français. Bien qu’elle fut composée d’un total de 40 vaisseaux de ligne, l’invasion de la Jamaïque n’eut pas lieu : la perte du commandant en chef et des maladies parmi les équipages furent la cause de l’abandon de l’entreprise.

En septembre 1782, un convoi britannique escortant deux vaisseaux français capturés (le Ville de Paris et le Glorieux) partit vers l’Angleterre. Au cours d’une tempête, ces deux derniers disparurent corps et biens. Les vaiseaux de ligne britanniques Ramillies et Centaur sombrèrent.

Il n’a jamais été élucidé si Rodney a coupé les lignes françaises par tactique ou si ce n’est pas plutôt le vent qui a induit la manœuvre. La question de savoir pourquoi les navires français n’ont pas été poursuivis reste aussi sans réponse. Plus tard, le Comte de Grasse rendit ses capitaines Vaudreuil et Bougainville responsables de la défaite.

Ceci fut la dernière bataille navale livrée dans les eaux américaines au cours de cette guerre. En 1783, l’Angleterre, l’Espagne et la France signèrent un traité de paix qui délimitait les frontières entre les îles des colonies britanniques, espagnoles et françaises des Antilles. Cette Battaille des Saintes marqua un tournant dans la tactique des combats en mer.


wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.