Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La Marseillaise

, par

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes !

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

Que veut cette horde d’esclaves
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés ?
Français, pour nous, ah ! quel outrage
Quels transports il doit exciter ?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage !

Quoi ces cohortes étrangères !
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers !
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.

Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix !
Tout est soldat pour vous combattre
S’ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups !
Épargnez ces tristes victimes
À regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère !

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre !

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs !
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

La Marseillaise est l’hymne national de la République française.

Histoire

Création

Elle fut écrite par Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 à la suite de la déclaration de guerre à l’empereur d’Autriche. Elle portait alors le titre de « Chant de guerre pour l’armée du Rhin ».

Le texte est très inspiré d’une affiche de propagande diffusée à cette époque. L’origine de la musique est plus discutée, puisqu’elle n’est pas signée (contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle), et qu’elle semble trop complexe pour avoir été écrite par lui, qui n’était pas un grand musicien. Elle aurait été composée par Jean-Baptiste Grisons (1746-1815), maître de chapelle à Saint-Omer dans son oratorio Esther (1775). À l’écoute, l’inspiration ne fait aucun doute.

Du chant révolutionnaire à l’hymne national

C’est le 30 juillet 1792, alors qu’elle avait été entonnée par les soldats républicains marseillais entrant dans Paris, lors de l’insurrection des Tuileries, qu’elle fut baptisée La Marseillaise. Ces soldats avaient sans doute appris ce chant dans la rue du Tapis-Vert où il fut chanté pour la première fois à Marseille.

Le septième couplet, dit couplet des enfants, date d’octobre 1792. Il est attribué à Jean-Baptiste Dubois, Marie-Joseph Chénier et l’abbé Dubois.

La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795.

Interdite sous l’Empire puis la Restauration, elle est remise à l’honneur après la révolution de 1830 et redevient hymne national sous la IIIe République. Le ministère de l’Éducation nationale conseille d’en pratiquer le chant dans les écoles à partir de 1944, pratique qui est dorénavant obligatoire à l’école primaire (proposition de loi du 19 février 2005, adoptée le 23 avril 2005, modifiant l’article L321-3 du Code de l’éducation). Les Constitutions de 1946 (IVe République) et de 1958 (Ve République) conservent La Marseillaise comme hymne national (article 2 de la Constitution de 1958).

Ringardisée par la génération baba-cool des années 1970, La Marseillaise fut un temps délaissée au profit des nationalistes dont le Front national. Depuis la fin des années 1990 pourtant, La Marseillaise, tout comme le drapeau national, sont clairement de retour comme symboles républicains forts.

Le 6 octobre 2001, lors du match de football France-Algérie au stade de France, La Marseillaise fut copieusement sifflée par une partie des spectateurs français d’origine maghrébine. Ceci provoqua une vive réaction à travers tout le pays et inspira une loi quelques années plus tard, d’autant qu’au printemps 2002, certains supporters corses du Sporting club de Bastia sifflèrent à nouveau l’hymne national à l’occasion de la finale de la Coupe de France. Ce qui provoqua l’ire du président Jacques Chirac, qui a décidé en conséquence de boycotter la remise de la Coupe de France au vainqueur.

La Marseillaise hors de France

La Marseillaise est plus que l’hymne français. En tant que chant révolutionnaire de la première heure, il a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires sur tous les continents. Ainsi, les bolcheviks l’adoptent pour hymne en 1917 avant de reprendre un autre chant français révolutionnaire, L’Internationale. Cette dernière a été écrite pendant la commune de Paris de 1871. Elle a tendance à remplacer La Marseillaise chez les révolutionnaires d’extrême gauche, parce qu’en devenant l’hymne national français, celle-ci est maintenant associée au pouvoir étatique de cette nation. Les activistes les plus à gauche préfèrent donc cette Internationale encore intacte car toujours pas utilisée par ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

En 1931, à l’avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego), accueillirent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane.

Les étudiants chinois manifestant sur la place Tian’anmen chantaient également La Marseillaise[réf. nécessaire]

Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté.

Anecdotique : Arsène Wenger ayant été entraîneur de l’équipe de football de Nagoya (au Japon) et les ayant fait gagner la coupe japonaise de football, les supporters encouragent encore aujourd’hui leur équipe sur l’air de la marseillaise.

Interprètes, adaptations, réutilisations

Pierre Dupont[1], chef de la musique de la garde républicaine (1927-1944) compose l’arrangement officiel de l’hymne national. C’est cette version qui est encore actuellement en usage.

Mais, La Marseillaise a eu de nombreux interprètes, dont :

* Serge Gainsbourg (1979) sous le titre de Aux armes et cætera. Il s’agit d’une version reggae qui déclencha de nombreux émois au point que l’interprète fut pris à partie par des parachutistes au cours de l’une de ses représentations. Il acheta le manuscrit original du Chant de guerre de l’armée du Rhin lors d’une vente aux enchères en décembre 1981. « J’étais prêt à me ruiner », déclara-t-il.
* Stéphane Grappelli et Django Reinhardt au sein du quintette du Hot club de France, titre traduit en anglais "Echoes of France" (écouter un extrait) ;
* Mireille Mathieu ;
* Marcel Mouloudji ;
* Marc Ogeret ;
* Édith Piaf ;
* Michel Sardou (1976) ;
* Oberkampf, version punk en 1983 ;
* The Beatles (introduction de All You Need Is love) ;
* Jessye Norman, pour la commémoration du bicentenaire de la Révolution (1989)
* Jean-Loup Longnon, version brésilienne dans l’album Cyclades, 1996 ;
* Rohan, version enfant 2005 ;
* Isabelle Hamon, version gallo 2005 ;
* Graeme Allwright ;
* Ben Heppner, sur un disque d’air français ;
* Teaching the Marseillaise from Napoleon, dirigé par Carl Davis à la tête du Wren Orchestra (Silva Screen, FILMCD 149).

On trouve l’ébauche de la mélodie de La Marseillaise dans le concerto pour piano et orchestre n° 25 (KV 503) de Mozart composé quelques années plus tôt : les douze premières notes de l’hymne sont jouées au piano par la main gauche à la fin du premier mouvement allegro maestoso (16e, 17e minutes).

Le thème de La Marseillaise a été repris par Piotr Ilitch Tchaïkovski dans sa grandiloquente Ouverture 1812 opus 49 célébrant la victoire russe de 1812 sur les armées napoléoniennes. On peut y entendre les premières notes de la mélodie utilisées comme motif mélodique récurrent, en opposition aux thèmes mélodiques de différents chants patriotiques russes.

Mel Brooks en a aussi fait une reprise, en introduction, sur son morceau "It’s Good To Be The King"

Charlélie Couture a repris en 2006 le thème musical dans une chanson intitulée Ma Marseillaise à moi.

Hector Berlioz l’a arrangée pour solistes, choeurs et orchestre ; "pour tout ce qui a un coeur, une voix, et du sang dans les veines", écrit-il en tête de sa partition.

Loi

Le 24 janvier 2003, l’ensemble des députés a adopté, dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi) proposée par Nicolas Sarkozy, un amendement créant le délit d’« outrage » au drapeau français et à l’hymne national, La Marseillaise. Délit sanctionné par un emprisonnement de 6 mois et 7 500 euros d’amende. Un certain nombre de citoyens et d’associations de défense des droits de l’Homme se sont insurgés contre ce qu’ils considèrent comme une atteinte manifeste à la liberté d’expression et contre le flou entretenu par le mot « outrage ».

Le Conseil constitutionnel a limité les possibilités d’applications :

« [...] sont exclus du champ d’application de l’article critiqué les œuvres de l’esprit, les propos tenus dans un cercle privé, ainsi que les actes accomplis lors de manifestations non organisées par les autorités publiques ou non réglementées par elles ; que l’expression « manifestations réglementées par les autorités publiques », éclairée par les travaux parlementaires, doit s’entendre des manifestations publiques à caractère sportif, récréatif ou culturel se déroulant dans des enceintes soumises par les lois et règlements à des règles d’hygiène et de sécurité en raison du nombre de personnes qu’elles accueillent. » Décision n° 2003-467 DC

La loi Fillon, visant à réformer l’éducation et adoptée en mars 2005, a rendu obligatoire l’apprentissage de La Marseillaise dans les classes maternelles et primaires à partir de la rentrée 2005, conformément à la loi du 23 avril 2005. Cette obligation fut introduite par un amendement du député UMP Jérôme Rivière. On retrouve l’obligation d’enseigner l’hymne national dans d’autres pays, comme les États-Unis, la Serbie ou encore l’Autriche.

Plusieurs associations, dont les syndicats d’enseignants du Pays basque, ont condamné en 2005 l’obligation d’apprentissage en école primaire de chant incitant à « abreuver nos sillons d’un sang impur ».

Paroles

Le texte a subi plusieurs modifications de couplets. La majorité des couplets ne sont plus dans la version « officielle » (celle que l’on trouve sur le site de l’Élysée) et seul le premier couplet est chanté lors des événements. Deux couplets (les « couplets des enfants ») ont été ajoutés ultérieurement, dont l’un d’eux a depuis été supprimé de la version « officielle ». Enfin, eu égard à son caractère religieux, le 8e couplet a été supprimé par Joseph Servan, ministre de la Guerre, en 1792.

Sur la partition originale de Rouget de Lisle, on voit clairement écrit « Marchez, Marchez » au refrain, qui s’accorde avec « Formez vos bataillons », 2e personne du pluriel. La transcription officielle est pourtant « Marchons, marchons », qui tenterait d’établir une rime avec « bataillons » et « sillons » .

Polémiques concernant le texte

L’hymne national français est un chant guerrier hérité des guerres révolutionnaires. Aujourd’hui, en France, la violence de La Marseillaise est parfois critiquée. Lors de l’écriture, le pays était dans un contexte très violent puisque la France était en guerre avec certains de ses voisins depuis quelques mois.

C’est le vers Qu’un sang impur abreuve nos sillons qui est notamment décrié. Pour Jaurès, il s’agit d’une référence explicite au sang des victimes du terrorisme. Pour d’autres[réf. nécessaire], ce vers est un plagiat d’une chanson anti-anglaise très populaire lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763). La haine franco-anglaise atteint à cette occasion des sommets depuis la guerre de Cent Ans, et des deux côtés de la Manche, les textes haineux se multiplient. Cette littérature appelant à la résistance est une mine pour certains auteurs révolutionnaires, Rouget de l’Isle inclus. « Aux armes, citoyens ! » figure ainsi dans une Ode aux Français signée Ecouchard en 1762, tandis que l’on retrouve ce vers invoquant un sang impur dans une Adresse à la nation anglaise sous la plume de Claude-Rigobert Lefebvre de Beauvray en 1757.

Mais en réalité, ce vers fait référence aux révolutionnaires qui ont le sang impur contrairement aux aristocrates au sang bleu.Cela signifie alors que malgré le sang coulant, il y en aura toujours un au sang impur qui se lèvera pour combattre et marcher "Marchons,marchons".

Certains hommes de gauche condamneront longtemps l’appel à verser le sang contenu dans ce vers :
« Mais ce n’est pas seulement sur la forme que porte la controverse ; c’est sur les idées. Or, je dis que La Marseillaise, la grande Marseillaise de 1792, est toute pleine des idées qu’on dénonce le plus violemment dans L’Internationale. Que signifie, je vous prie, le fameux refrain du « sang impur » ? - « Qu’un sang impur abreuve nos sillons ! », l’expression est atroce. C’est l’écho d’une parole bien étourdiment cruelle de Barnave. On sait qu’à propos de quelques aristocrates massacrés par le peuple, il s’écria : « Après tout, le sang qui coule est-il donc si pur ? » Propos abominable, car dès que les partis commencent à dire que le sang est impur qui coule dans les veines de leurs adversaires, ils se mettent à le répandre à flots et les révolutions deviennent des boucheries. Mais de quel droit la Révolution flétrissait-elle de ce mot avilissant et barbare tous les peuples, tous les hommes qui combattaient contre elle ? »

- Jean Jaurès, Marseillaise et Internationale, La Petite République socialiste, 30 août 1903

En raison du caractère violent de ce texte, il y eut plusieurs tentatives de réécriture. Les plus notables sont celles de Alphonse de Lamartine, de Victor Hugo, de Mireille Mathieu, de Serge Gainsbourg et de Yannick Noah avec Aux rêves, citoyens !

Plus récemment, Christine Boutin, présidente du Forum des républicains sociaux, a proposé de changer l’ordre des couplets de La Marseillaise en cas d’élection à la fonction présidentielle en 2007, estimant que : Des jeunes dans les stades de football, dans les banlieues, pouvaient ressentir ces paroles comme une agression.

Plus récemment encore, Pascal Lefèvre, écrivain conseil, a réécrit une Marseillaise à partir des 14 couplets originaux en considérant que le dernier couplet des enfants indiquait qu’il viendrait un temps où, lorsque les Français n’auront plus d’ennemi, ils cesseront de chanter ce refrain terrible. On peut lire et écouter cette Marseillaise du XXIe siècle sur un blog spécialement dédié accessible par tout moteur de recherche.


sources wikipedia

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.