Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jagdpanther Jagdpanzer IV

, par

Jagdpanther Jagdpanzer IV ou SdKfz 173


Type : chasseur de chars.

Equipage : 5 hommes.

Armement : un canon de 88 mm PaK 43/3 L71 une mitrailleuse MG 34 de 7,92 mm dans la coque.

Blindage :

minimum 15 mm ;

maximum 80 mm.

Dimensions : longueur : 7,20 rn,

largeur : 327 m ;

hauteur : 2,72 m.

Poids : 45,5 t.

Pression au sol : 090 kg/cm2.

Puissance massique : 15,84 ch/t.

Moteur : Maybach HL 230 P 30 V-12 à essence refroidi par eau. développant 709 ch à 3 000 tr/mn.

Performances : vitesse sur route : 46 km/h ;

vitesse tout- terrain . 24 km/h ;

autonomie : 160 km ;

obstacle vertical : 0,91 m ;

coupure franche : 2,45 m ;

gué : 1,55 m ;

pente 350,

Temps de service : dans l’armée allemande de 1944 à 1945.

Les tentatives visant à monter l’excellent canon de 88 mm à tube long sur un châssis mobile n’avaient pas été très fructueuses. L’Elefant était trop grand et le PzKpfw IV trop léger et trop faiblement blindé. Le châssis Panther, le plus apte aux modifications, fut finalement choisi.
Le premier modèle complet fut présenté a Hitler le 20 octobre 1943 et obtint immédiatement son approbation. Sur le châssis était montée une superstructure bien profilée, le grand canon traversant presque tout le compartiment de combat. Le tube passait à travers la plaque frontale dont l’ouverture était protégée par un bouclier galbé.

Le tir en azimut était limité à 11° de part et d’autre de l’axe de la coque, et le tir en site à + 200. Heureusement le système de direction du Panther permettait de faire pivoter la coque aisément et de l’aligner avec précision, ce qui palliait l’exigUté relative du secteur de tir en azimut. Mais comme l’avant qui devait à tout moment faire face à l’ennemi, était bien protégé, le Jagdpanther devenait extrêmement efficace.

Pour simplifier la fabrication, le glacis frontal du Panther fut prolongé jusqu’au sommet de la superstructure, afin de réduire au minimum les transformations de la coque d’origine. Les parois latérales du Panther étaient cependant trop inclinées pour offrir un espace suffisant dans le compartiment de combat du canon automoteur ; aussi, l’angle des plaques fut-il modifié. Ce même angle fut adopté du même coup pour le Panther Ausf G, ce qui conféra également une meilleure protection à ce dernier. Pour répondre au poids supplémentaire du véhicule, on monta une boïte de vitesses modifiée, la AK7-400, qui fut également placée plus tard sur le char, pour les mêmes raisons.

Les premières livraisons eurent lieu en février 1944. Bien qu’il fût prévu de construire 150 exemplaires par mois. MIAG et MNH n’en produisirent que 382 en tout. Au fur et à mesure des livraisons, des modifications mineures furent apportées au modèle de base. Le bouclier changea au moins trois fois et tous les modèles, sauf les premiers, reçurent le tube de canon à deux éléments, qui permettait de remplacer facilement la partie la plus sujette à une usure rapide. Quelque 60 obus de 88 et 600 cartouches de 7,92 étaient transportées.

Les véhicules furent affectés a des unités chargées
exclusivement de la destruction des chars et maintenu sous le commandement direct de la plus importante de formations participant aux combats, généralement ur armée. Il était prévu qu’un bataillon de Jagdpanther dispi serait de 30 unités mais nombreux furent ceux qui dure limiter leurs effectifs par suite des difficultés de livraison ce dont les Alliés purent se réjouir car ce fut probableme le meilleur chasseur de chars de la seconde guerre moi diale et certainement le meilleur qu’ait produit l’Allemagn Il était rapide, bien armé et bien blindé. Au combat il et< extrêmement efficace, à tel point que l’ennemi s’efforça de l’éviter autant que possible. Il avait les faveurs de sc équipage dont le moral et l’agressivité s’en trouvaient rei forcés. Son point faible était une suspension complexe E outre, un coup bien placé sur les roues de route pouvt souvent l’immobiliser ; il devenait alors une cible facile poi un char allié, qui pouvait sans danger l’approcher de flanc


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.