Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Guerre aérienne en Corée : Problèmes de la nouvelle génération

, par

Pire, les nouveaux types d’avions utilisés en Corée se montrèrent inadaptés à cette guerre, et à leur mission principale : l’appui tactique au sol. Cette nouvelle génération d’appareils comprenait des machines très intéressantes : les F-80 Shooting Star, F-84 Thunderjet etF-86 Sabre de l’u.s. Air Force ; les F9F Panther et F2H Banshee de l’U.S. Navy et du Marine Corps étaient incomparablement supérieurs aux vieux avions de la dernière guerre réapparus en Corée du Nord.
A nouveau, les B-29 furent chargés des missions stratégiques de bombardement. Les Nord-Coréens n’avaient rien de semblable pour effectuer de telles missions. Les B-29 disposaient d’une autonomie suffisante pour intervenir depuis le Japon et Okinawa.

Mais tous ces avions modernes étaient conçus pour opérer à partir de porte-avions ou de pistes en béton, d’au moins 2000 m de long. Les porte-avions pouvaient croiser au large des côtes ennemies, bien que la sécurité interdît de s’en approcher à moins de 100 km à cause des hauts fonds ; cela représentait une limite extrême pour les appareils endommagés au combat. Sur terre, il n’y avait guère de pistes convenables pour les nouveaux appareils.
Les meilleurs terrains se trouvaient autour de Séoul, déjà aux mains des Nord-Coréens. En outre, les derniers chasseurs s’adaptaient mal aux missions d’appui rapproché. Ils pouvaient théoriquement emporter des fusées Tiny Tim de 150 •mm ou des bombes de 450 kg ; mais les pistes trop courtes les obligeaient à décoller avec une charge utile très réduite.

Dans les premiers mois de la guerre, le plus gros du travail d’appui tactique fut laissé, du côté allié, aux chasseurs à moteurs à piston F-51 Mustang, F4U Corsair et AD Skyraider. Ils pouvaient intervenir à partir de terrains sommairement aménagés et transporter des charges Offensives non négligeables sur de grandes distances. Mais ils étaient plus vulnérables, surtout aux mains de pilotes épuisés par des vols incessants.

Le Skyraider, avec sa formidable capacité d’emport (quinze points d’attache sous les ailes) et une endurance de dix heures, s’imposa comme le meilleur appareil d’appui rapproché. Les pilotes étaient tellement exténués qu’ils devaient être extraits de leurs cockpit après l’atterrissage !

De nombreux escadrons tactiques américains de F-80 Shooting Star furent reconvertis sur les vieux Mustang P-51. Ce fut l’avion le plus employé. Ses six mitrailleuses lourdes et les fusées ou bombes qu’il emportait lui permettaient des missions d’attaque efficaces. L’arme la mieux adaptée à l’attaque des troupes et des véhicules non blindés était la bombe au napalm, mélange de naphte et d’huile de palme qui explosait en produisant une énorme flamme de 15 m de large sur 60 de long. La fusée air-sol de 150 mm détruisait ponts, blindages et fortifications. La terrible Tiny Tim de 400 mm était consacrée aux objectifs les plus résistants.


sources : Connaissance de l’histoire ed hachette 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.