Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Goibniu (ou Goibhniu)

, par

Forgeron divin des Tuatha Dé Danann, dieu tuté­laire des artisans du métal. Il forgea les pointes des armes de Lug et de ses com­pagnons pour la bataille de Mag Tuired. II présidait dans l’Autre Monde un festin qui rendait éternellement jeunes ceux qui y participaient. Son équivalent gallois était Gofannon.

Goibniu faisait partie d’une triade de dieux artisans lui était forgeron, Luchta ferronnier et Creidne bron­zier. Ensemble, ils forgeaient des armes magiques (cha­cun confectionnant une partie différente) pour Lug et les Tûatha Dé dans le grand conflit qui les opposait aux Fomoiré, des démons indigènes qui combattaient tous les envahisseurs de l’Irlande. Goibniu est le personnage le plus élaboré de la triade. Ses armes ne manquaient jamais leur cible et tuaient toujours. Il ajoutait à ces qualités le rôle d’hôte du festin de l’Autre Monde, où sa bière magique conférait l’immortalité. Diancecht, dieu de la médecine, tirait son pouvoir d’un mélange de magie et de pratiques d’herboristerie ; il était à la fois médecin et forgeron. C’est ainsi qu’il confectionna pour le roi Nûada un bras d’argent articulé pour rem­placer celui qu’il avait perdu au combat. Diancecht avait le pouvoir de guérir par la magie : il ressuscitait les membres des Tûatha Dé Dànann en psalmodiant des incantations au-dessus d’un puits dans lequel on plon­geait les guerriers morts au combat. Manannan était dieu de la mer, associé à toute une imagerie marine son manteau ressemblait à l’océan et il chevauchait les vagues. Également magicien (comme son parent gallois Mannawyddan), il aidait les Tûatha Dé dans leurs batailles, en leur fournissant notamment un bateau qui obéissait aux pensées de celui qui le manoeuvrait, un cheval qui se déplaçait aussi bien sur mer que sur terre, et une épée, Fragarach (Celle qui répond), capable de transpercer n’importe quelle armure. Les porcs magiques de Manannan étaient un symbole de régénération ; ils pouvaient être tués et mangés un jour, et bien vivants le lendemain, prêts à être abattus pour un nouveau festin.


sources : "Les Celtes histoire et dictionnaire " Venceslas Kruta ed Bouquins 2000

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.