Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Galba

, par

Galba (24 décembre 3 av. J.-C. - 15 janvier 69 apr. J.-C.) (latin : SERVIVS•SVLPICIVS•GALBA•IMPERATOR•CAESAR•AVGVSTVS) fut empereur romain de juin 68 à sa mort. Il fut le premier empereur de l’année des quatre empereurs.

Il est né près de Terracine en Campanie. Il vient d’une famille noble et très riche, mais il n’a aucun lien, ni par filiation ni par adoption, avec les six premiers empereurs romains. Dans sa jeunesse, il fut respecté pour ses remarquables capacités, et il est dit qu’Auguste et Tibère professèrent sa future éminence[1].

Préteur en 20, puis consul en 33, il acquit une réputation méritée, dans les provinces de Gaule, Germanie, Afrique et Espagne par ses compétences militaires, sa sévérité et son impartialité. À la mort de Caligula, il refusa la proposition de ses amis de s’offrir l’Empire, et servit loyalement Claude. Dans la première partie du règne de Néron il fut mis à la retraite, avant qu’en 61, l’empereur lui accorde la province d’Hispanie Tarraconaise.

Durant l’été 68, Galba apprit l’intention de Néron de le tuer, et l’insurrection de Julius Vindex en Gaule. Il fut dans un premier temps tenté de suivre l’exemple de Vindex, mais la défaite et la mort de ce dernier le fit hésiter. Puis à la nouvelle que le préfet de la garde prétorienne, Nymphidius Sabinus, s’était rallié en sa faveur, ses aspirations se ravivèrent. Jusqu’ici, il avait seulement osé se présenter sous le nom de légat du sénat et du peuple romain, mais après le meurtre de Néron, il assuma le titre de César, et marcha directement sur Rome.

Après la mort de Néron, Nymphidius Sabinus chercha à s’emparer du pouvoir avant l’arrivée de Galba, mais il ne put gagner la confiance des gardes prétoriens et fut tué. Durant l’approche de Galba sur la cité de Rome en octobre, des soldats vinrent à sa rencontre pour lui formuler des requêtes ; Galba répliqua avec violence, en tuant nombre d’entre eux.

Le premier souci de Galba durant son bref règne, fut de restaurer l’état des finances, et à cette fin il prit nombre de mesures impopulaires, la plus dangereuse étant son refus de payer la récompense promise aux gardes prétoriens en son nom. Galba dédaigna la notion de subordination par loyauté des soldats. Plus tard il dégoûta le peuple par son aversion pour la splendeur. Son âge avancé avait détruit son énergie, et il fut entièrement aux mains de ses fidèles. Tout ceci fit de Galba un empereur très impopulaire.

Le 1er janvier 69, deux légions de Germanie supérieure refusèrent de jurer fidélité à Galba et renversèrent ses statues, exigeant qu’un nouvel empereur fût choisi. Le jour suivant, les soldats de Germanie inférieure se rebellèrent à leur tour et prirent la décision de choisir qui serait le nouvel empereur, en proclamant empereur le gouverneur de la province, Vitellius. Cette manifestation de révolte mit Galba au courant de son impopularité et du mécontentement général. Dans le but de contenir la propagation de la révolte, il adopta un successeur, Lucius Calpurnius Piso Frugi Licinianus, le petit-fils de Pison, conspirateur contre Néron. La populace observa le choix d’un successeur comme un signe de faiblesse, et les prétoriens furent indignés, à cause de l’absence de donation de leur récompense habituelle.

Othon, autrefois gouverneur de Lusitanie, et un des premiers défenseurs de Galba, déçu de ne pas avoir été choisi à la place de Pison, gagna les prétoriens mécontents, qui l’adoptèrent et le proclamèrent empereur. Galba alla immédiatement à la rencontre des rebelles ; il était si faible qu’il dut être transporté sur une civière ; mais c’était un piège, et arrivé au Lacus Curtius, une troupe de cavalerie se rua sur lui et le mit à mort, rapportant sa tête à Othon.

Durant la dernière période de son administration provinciale, il apparut nonchalant et apathique, autant pour ne pas rappeler Néron que pour occulter les infirmités croissantes de son âge. Tacite dit, à juste titre, que tous l’auraient considéré comme digne de l’Empire, s’il n’avait jamais été nommé empereur (« omnium consensu capax imperii nisi imperasset »). [sources:A.Br


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.