Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Flibustiers

, par

Flibustier vient du néerlandais vrijbuiters (littéralement « libre faiseur de butin »), qui donna le français flibustier et l’anglais freebooter. Ce mot désigne les pirates sévissant dans la mer des Caraïbes à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

Les équipages pirates étaient démocratiques. Le capitaine était élu par l’équipage et ce dernier pouvait voter son remplacement. Le capitaine devait être un chef et un combattant : dans une attaque, tous s’attendent à ce qu’il se batte au coté de ses hommes et non pas qu’il donne des ordres à distance. Les gains étaient divisés en part égales, et si les officiers recevaient un nombre plus élevé de parts, c’est qu’ils prenaient plus de risques ou possédaient des compétences particulières. Les équipages naviguaient souvent sans salaire, leurs captures s’accumulant au cours des mois avant d’être réparties. Ils avaient, pendant quelque temps, mis au point un système de sécurité sociale, garantissant une compensation en argent, or ou esclaves pour les blessures reçues pendant une bataille. Les pirates pouvaient toutefois se montrer justes envers les esclaves et les libéraient parfois quand ils capturaient un bateau négrier. Une part non négligeable des équipages pirates était constitué d’esclaves libérés, en fuite ou plus ou moins enrôlés de force. En effet, un aspect non démocratique de leur société est le fait que les pirates forçaient parfois des spécialistes comme des charpentiers à naviguer avec eux et les libéraient après quelque temps, simplement parce qu’aucun volontaire n’était disponible.
Les flibustiers sont des aventuriers qui, aux XVIeet XVIIes, écumaient les côtes et dévastaient les possessions espagnoles en Amérique. Les flibustiers comptent parmi leur nombre des Anglais, des Hollandais, et des Français Huguenots. Ils se distinguent des pirates par le fait qu’ils se mettent au service des états en acceptant de se battre sous lettre de marque et aussi par leur utilisation comparativement restreinte du bateau. Ce sont essentiellement des terriens, pour qui le bateau est un moyen de transport plutôt qu’un outil de combat. Leurs actions les plus spectaculaires réunissent des armées de plus de mille hommes pour attaquer et rançonner les villes espagnoles.

L’age d’or de la flibuste se situe avant les années 1680 quand la France et l’Angleterre ont décidé de les disperser. Une partie se déplacent sur la côte d’Afrique, d’autres s’en vont dans la Mer du Sud où ils s’installent aux Galapagos et dans l’archipel Juan Fernandez.

En 1697, Ducasse, gouverneur français de Saint Domingue, réunit presque mille flibustiers pour l’opération de De Pointis contre Carthagène dans l’actuel Colombie. Un malentendu sur le partage du butin mène à la reprise de la ville par les flibustiers seuls. C’est leur dernière grande action.

Parmi les plus fameux furent :

* le Gallois Henry Morgan, qui prit Panama en 1670 et fut nommé gouverneur de Jamaïque ;
* Pierre Legrand, de Dieppe, qui avec une barque montée par 28 hommes enleva le vaisseau amiral espagnol ;
* Michel de Grandmont aussi connu sous le nom de Chevalier de Grammont qui s’empara de Maracaibo en 1678, de Puerto Cabello en 1680, de Vera-Cruz en 1683 et enfin de Campêche en 1685. Ces exploits lui valurent d’être nommé lieutenant de la partie sud de l’île de Saint-Domingue par le roi de France. Il n’occupa toutefois jamais ce poste car il fit une dernière course en mer avant l’arrivée de son brevet et disparut au cours de cette dernière mission en avril 1685.

La source principale pour connaître les exploits des flibustiers est le livre d’Alexandre-Olivier Exquemelin(ou Oexmelin) dont la récente édition annotée par Patrick Villiers donne le texte original et des variants. Certains épisodes et personnages sont généralement considérés aujourd’hui comme discutables sinon inventés de toutes pièces. C’est le cas en particulier des suivants :

* Nau l’Olonnais et Michel le Basque qui prirent Maracaibo ;
* Monbars l’Exterminateur qui en 1683 s’empara de la Vera-Cruz ;

C’est aussi le nom que l’on donnait aux aventuriers américains, qui tel William Walker, tentèrent de jouer un rôle politique au Mexique et en Amérique Centrale au XIXe siècle, le plus souvent, au détriment des gouvernements en place.

Les flibustiers sont aujourd’hui fréquemment associés aux mouvements libertaires ou altermondialistes qui revendiquent une communion d’idéaux. C’est cette filiation entre anarchie et piraterie que Mikhaïl W. Ramseier a particulièrement tenté d’analyser dans son livre La Voile noire.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.