Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Fauchés par les tirs des Spandau

, par

Le 30 novembre, les Anglais lancèrent une attaque en règle, avec l’appui d’artillerie, contre la « verte » (commando n° 6 en réserve de brigade), et contre la « chauve » (Royal West Kent). Les « Buffs » (sobriquet du régiment) avaient reçu l’ordre de s’accrocher sur tout le pourtour de la position, puis d’exploiter leur avantage. Ce fut un échec.
Les commandos infiltrés sous le couvert du maquis de la « colline verte » finirent par atteindre leurs objectifs et à les tenir toute la journée au cours d’une succession d’escarmouches. Mais les West Kent prirent à leurs dépens une bonne leçon de tactique de défense d’une contre-pente, comme l’entendaient les Allemands. Lorsque les hommes débouchèrent sur les longues crêtes découvertes de la « colline chauve », ils se firent hacher par les feux croisés de nids de mitrailleuses Spandau bien camouflées. Au même instant les postes anglais d’observation d’artillerie et leurs moyens de transmission radio se faisaient écraser sous les obus.
Après un dernier combat, superbe de bravoure et d’acharnement, la raison prévalut pour faire cesser cette attaque et replier les survivants. L’affaire avait coûté à la 36° brigade 11 officiers et 150 hommes de plus. La voie d’accès à Tunis par le nord était, cette fois, bien coupée par les Allemands.
Il faillit en être de même pour l’itinéraire sud, dont le contrôle fut momentanément repris par les forces de l’Axe. L’objectif-clé des Alliés sur cet itinéraire était la petite ville de Medjaz-el-Bab (Bab signifie porte en arabe), point de franchissement de la route de Tunis sur la Medjerda, rivière au cours large mais presque à sec. L’attaque anglaise fut un échec. Une action de nuit sur les deux rives devait être menée conjointement à partir de l’ouest par le 2° bataillon des Lancashire Fusiliers, et par le 5° bataillon du régiment du Northamptonshire qui attaquerait sur les arrières allemands en venant de l’est après avoir franchi la rivière en amont et effectué un mouvement tournant.
Tout se passa au plus mal. A l’aube du 25 novembre, les Northamptonshire se heurtèrent à une formation blindée et furent repoussés, tandis que les avant-postes allemands réussissaient à contenir les fusiliers assez longtemps — le commandant de bataillon fut tué dans l’affaire — pour les obliger à traverser la Medjerda en plein jour avec le soleil dans les yeux.
Trois compagnies tentèrent de passer la rivière avec de l’eau jusqu’à la poitrine, les hommes tenant leurs armes au-dessus de leur tête, et de prendre d’assaut l’escarpement de 6 mètres de la rive opposée. Ils furent accueillis par des tirs nourris de mitrailleuses et la position devint rapidement intenable, en l’absence de tout appui des Northamptonshire. Et un décrochage en plein jour eut été une opération très dangereuse...
Par chance, un officier d’artillerie, le capitaine George Barker-Benfield avait lui aussi franchi le fleuve, avec son émetteur-récepteur de radio sur les épaules. Il réussit à faire déclencher un tir de barrage des 24 canons du 132° régiment territorial d’artillerie de campagne, des Gallois, pour couvrir le repli en bon ordre des Fusiliers. De retour sur leur position de départ, les Anglais assistèrent impuissants, à l’explosion des charges de démolition placées par les sapeurs allemands.


Connaissance de l’histoire ed hachette 1982

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.