Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

État des esprits à Rome et à Carthage

, par

État des esprits à Rome et à Carthage

Cependant les espérances et les inquiétudes devenaient de jour en jour plus vives : on ne savait trop s’il fallait se réjouir qu’Hannibal, évacuant l’Italie après seize années, en eût laissé la possession tranquille au peuple romain, ou plutôt s’alarmer qu’il fût passé en Afrique sans avoir perdu un seul homme. "Le théâtre de la guerre était seul changé ; le péril était le même.

Quintus Fabius, l’oracle de cette lutte horrible, qui venait de mourir, n’avait pas eu tort de prédire qu’Hannibal serait un ennemi plus redoutable dans sa patrie qu’il ne l’avait été sur le sol étranger ; Scipion aurait à combattre non plus Syphax, roi barbare et grossier, qui plaçait à la tête de ses troupes un Statorius, un valet d’armée ; on bien le beau-père de Syphax, Hasdrubal, le plus lâche des généraux ; ou, enfin, des armées improvisées et formées à la hâte d’un ramassis de paysans mal armés ; mais Hannibal, né pour ainsi dire dans la tente d’Hamilcar, ce capitaine si renommé ; Hannibal nourri, élevé au milieu des armes, soldat dès l’enfance, général presque dès sa jeunesse, vieilli au sein de la victoire ; Hannibal, qui avait rempli les Espagnes, les Gaules, l’Italie, depuis les Alpes jusqu’au détroit, des monuments de ses exploits.

Il avait sous ses ordres une armée qui comptait autant de campagnes que son général, qui s’était endurcie par l’habitude des souffrances de tout genre, dont le récit paraîtrait fabuleux ; qui s’était couverte mille fois du sang romain, et qui portait les dépouilles des soldats comme celles des généraux. Scipion trouverait devant lui, sur le champ de bataille, un grand nombre d’ennemis qui avaient tué de leurs propres mains des préteurs, des généraux, des consuls romains ; qui avaient mérité des couronnes murales et vallaires ; qui avaient parcouru des camps romains, des villes romaines forcées par leurs armes. Les magistrats romains n’avaient pas autant de faisceaux aujourd’hui qu’Hannibal en avait conquis sur des généraux tués dans les combats et qu’il pouvait en faire porter devant lui."

L’esprit agité de ces alarmes, ils sentaient encore leurs inquiétudes et leurs craintes s’accroître, en raison de ce que, habitués depuis plusieurs années à faire la guerre en Italie, sur un point ou sur un autre, à la voir traîner en longueur sans espérer que le terme en fût rapproché, leur intérêt était puissamment excité par le spectacle de ces deux rivaux, Hannibal et Scipion, appareillés l’un et l’autre comme pour une dernière et décisive bataille. Ceux mêmes qui ne mettaient pas de bornes à leur confiance en Scipion et qui comptaient sur la victoire éprouvaient, à mesure qu’ils voyaient le moment arriver, une anxiété de plus en plus vive.

Les mêmes préoccupations se manifestaient chez les Carthaginois : tantôt ils se repentaient d’avoir demandé la paix, en songeant à leur Hannibal, à la gloire de ses hauts faits ; puis, lorsque, portant leurs regards en arrière, ils se rappelaient qu’ils avaient été deux fois vaincus en bataille rangée, que Syphax était prisonnier, qu’ils avaient été chassés de l’Espagne, chassés de l’Italie, et que tous ces désastres étaient l’oeuvre d’un seul homme, du brave et sage Scipion, Hannibal n’était plus pour eux qu’un général prédestiné à les perdre, et ils le maudissaient.


Eugène Lasserre, Tite-Live, Histoire romaine, t. IV, Paris, Garnier, 1937

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.