Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Derniers combats pour la citadelle

, par

Puis les hommes chargés de faire place nette arrivent avec des haches et des crocs ; ils traînent vers les trous préparés, pêle-mêle les morts et ceux qui ne le sont pas encore et les y entassent au milieu des pierres et des poutres. Ici et là on voit sortir une jambe qui s’agite encore, des têtes que les chevaux écrasent en galopant et d’où jaillit la cervelle.

La citadelle protégée par un ultime mur d’enceinte tient toujours. Enfin, le septième jour, quelques hommes en sortent portant les insignes des suppliants. Scipion consent à accorder la vie sauve à ceux qui veulent se rendre à l’exception des transfuges, anciens alliés des armées romaines et qui ont changé de camp ; 25 000 hommes et 30 000 femmes et enfants sortent par une porte étroite et sont remis à des gardes. Ils deviendront des esclaves. Quant aux transfuges, 900 environ, ils se barricadent dans le temple d’Eschoum (Esculape), situé tout à fait au sommet de la citadelle, ainsi qu’Hasdrubal, sa femme et ses fils. Mais la fatigue, la faim et l’angoisse les torturent. Comprenant que le dernier moment est venu, ils montent sur le toit du temple. Hasdrubal, lui, est sorti, un rameau de suppliant à la main, se mettre sous la protection du consul. Tous du haut du toit l’accablent d’outrages ; puis ayant mis le feu au sanctuaire, ils s’y précipitent. La femme du général carthaginois, paraît elle aussi, dans sa plus belle robe. Après avoir remercié Scipion de lui avoir offert la vie sauve, elle couvre son mari d’injures, lui reprochant sa lâcheté et sa trahison. Elle jette alors ses enfants dans le brasier et s’y précipite elle-même. Peut-être a-t-elle voulu imiter le geste de Lérissa (Didon), la première reine de Carthage, qui se jeta au milieu des flammes après l’abandon d’Énée, parti sur l’ordre des dieux en Italie, pour y fonder Rome.

Pendant dix jours encore Carthage brûle ; les soldats romains peuvent se livrer au pillage, à l’exception de ceux qui avaient profané le temple d’Apollon. Contemplant les ruines de cette cité, naguère si florissante, et qui s’était battue avec un tel courage, alors que Rome avec déloyauté avait commencé par lui enlever ses armes, Scipion verse des larmes. Il arrivera à sauver les prin­cipales ceuvres d’art et les objets en or et en argent. Les bibliothèques seront attribuées aux rois numides.

A l’annonce de la victoire romaine, le sénat envoie sur place une commission composée de dix de ses principaux membres avec ordre de veiller à la destruction totale de la ville. Pour que soit à jamais effacé le nom maudit. Le sol en est labouré avec une charrue et l’on y répand du sel en prononçant les imprécations rituelles. Cette fois, Carthage est bien morte.


Henriette Ozanne, Denise R. Olson, Jean Watelet - L’Histoire tragique des villes assiégées - Famot (1979)

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.