Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Corvettes classe Flower

, par


Dates

- date de mise en service :
- date de fin d’utilisation :

Constructeur :

Royaume Unis

- 

Utilisateurs :

- Royal Navy
- Canada
- usa
- Norvege
- France
- yougoslavie

Catégories

- Corvette d’escorte ASM

Caractéristiques principales

- Déplacement : 900 t. Standard - 1245 t. Pleine Charge
- Dimensions : 62,5 m long, 10,11 m large, 4,14 m de tirant d’eau.
- Vitesse : 16,5 noeuds.
- Propulsion : 2 hélices
- Puissance : 2750 cv
- MOTEURS :1 hélice, 1 machine à vapeur TE, 2 chaudières, .
- Combustible :mazout
- Equipage :86 Hommes

Armements

1 canon de 102mm, 1 de 40mm, 2 de 20 mm AA, 40 grenades ASM et 4 mortiers.

Historique

Ces corvettes sont entrées dans l’histoire. Indissociables de la lutte acharnée que mena la Royal Navy aux U-Bootes dans l’Atlantique, en Arctique, en méditerranée et même en océan indien ou sur les côtes Africaines, les navires du type "fleur", portant en effet le nom de mille et une espèces végétales familières des jardins -on sait la passion un peu "cliché" des Britanniques pour le jardinage- ont étés aussi de formidables chiens de garde par tous les temps, opérant avec une grande efficacité grâce à leurs qualités intrinsèques et à un armement modeste mais bien adapté.

Tout d’abord ces navires font référence directe aux précédents "fleurs" développés en 1916-17 pour faire face à la menace des sous-marins du Kaiser, des avisos dont la silhouette évoquait les cargos standards de l’époque pour mieux berner les U-Bootes. Ceux de 1940 sont assez différents dans le sens où ils furent construits exclusivement dans des chantiers civils, habitués à produire des chalutiers de grande pêche, des Thoniers ou des baleiniers, afin de soulager les chantiers et arsenaux militaires, qui avaient dépassé depuis longtemps leur capacité maximale. Ils étaient singuliers pour être basés sur le modèle d’un navire civil, le célèbre baleinier de Greenock, le Southern Pride du chantier Smith servant de modèle, allongé de 9 mètres. Ce type de navire était en effet réputé pour sa grande robustesse et sa très bonne tenue dans les conditions de mer épouvantables du grand Nord, son adaptation "naturelle" à cette forme de chasse aux "cétacés d’acier" et sa relative facilité de construction pour des chantiers non formés à la technologie militaire. Il est à noter que l’idée avait déjà étée testée avec la série des "Kil" en 1917-18.

Ces chantiers purent ainsi selon leur capacité délivrer dès 1940 de 2 à 30 navires, capacité fort différente selon que l’on parle d’Alisa, Blyth ou Ferguson comparé à un monstre comme Harland & Wolff ( les constructeurs Irlandais du "Titanic" ). Au total, 143 corvettes seront délivrées par ces chantiers Britanniques et 68 par les chantiers Canadiens, fort expérimentés en matière de Baleiniers. La confiance que leur témoignaient leurs équipages Britanniques, Canadiens, et également Français ( Les marins FNFL de l’Aconit sont restés légendaires pour leurs exploits-4 étaient déjà en service au sein de la "Royale" avant l’armistice, 9 serviront sous pavillon à croix de Lorraine ) était si vive que 25 unités furent transférées aux USA, qui eux manquaient cruellement d’escorteurs ASM en 1942 ( mais classés comme "canonnières" ), étrange retournement de l’accord Lend-lease...

L’activité de ces navires fut donc très longue et très active. Certains marins affirment même avoir traqué des U-Bootes du type XXI en février 1945. Peu rapides, ils s’inséraient à la vitesse du convoi, ce dernier marchant à 10-11 noeuds, ils pouvaient nammoins tourner autour. Ils y avait de nombreuses différences d’un navire à l’autre ( propulsion, installations électrique, ventilation, quilles ou ballasts, armement, antennes, asdics... ). Cependant, 32 navires furent coulés durant ces missions.

A partir de 1942 et jusqu’en 1944 une variante de ces navire apparut, concernant surtout les chantiers Canadiens. Ces "corvettes modfiées" avaient une nouvelle forme de coque, une superstructure plus haute et mieux adaptée, une antenne de repérage trigonométrique huff-duff et une meilleure DCA. Il n’y eut d’aillleurs que 2 pertes, le Trentonia et le Merritonia en 1945.


sources alaboc.ifrance.com/
image secondeguerre.net

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.