Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Charles VII, le Victorieux, le Biens-Servi

, par

Paris, 1403 - Mehun-sur-Yèvre, 1461.

Roi de France en 1422. Cinquième fils de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, il porte d’abord le titre de comte de Ponthieu. A la mort de Jean de France, dernier survivant de ses frères aînés, il devient à la fois duc de Touraine, duc de Berry et dauphin de France (1416) ; il se fait proclamer régent du royaume en 1418, ruais sa légitimité est contestée par la faction bourguignonne qui, dominant l’esprit de la reine Isabeau, par­vient par son intermédiaire à le faire exhéré­der au profit d’Henri V d’Angleterre, lors de la conclusion du traité de Troyes en 1420.

Lorsque la mort de son père, en 1422, fait de lui le roi en titre, les Anglais et leurs alliés bourguignons occupent presque toute la France du nord de la Loire, plus, bien entendu, la Guyenne girondine, dite Guyenne anglaise ; dans son ensemble, la France méri­dionale, dominée par le parti armagnac, reconnaît Charles VII pour roi, tout en continuant à l’appeler dauphin. L’effort financier consenti par le Languedoc en faveur de son souverain est méritoire, mais il ne suffit pas à compenser la carence d’une véritable armée royale, s’appuyant sur des finances stables et des institutions solides. Il semble d’ailleurs que Charles VII n’ait pas confiance en son étoile. Peut-être se laisse­t-il lui-même gagner par le soupçon de bâtardise que ses ennemis font peser sur lui. Les principaux engagements de ses troupes se soldent par de lourdes défaites : Gravant (1423), Verneuil (1424), journée des Harengs (fevrier 1429).

La ligne de la Loire devient l’enjeu de la guerre.Orléan est investie par les troupes de Bedford. En accord avec ses conseillers, Charles pense qu’il est impossible de forcer le blocus et qu’il faut se résigner à se replier au sud. C’est alors que se produit le miracle de Jeanne d’Arc. Orléans est sauvée. Jargeau, le pont de Meung, Beaugency sont repris. La route de Champagne s’ouvre devant le prince qui se fait sacrer à Reims en juil­let 1429. L’influence personnelle de la Pucelle et l’onction sainte transforment le préten­dant timide en un roi actif, sûr de sa nais­sance et de sa vocation royales, sûr de son autorité et de l’obéissance de ses sujets, qui, en Champagne et autour de Paris, se rallient peu à peu à l’héritier de dix-neuf rois capétiens. Le salut du royaume est en vue, mais sa restauration complète est une tâche de longue haleine. Pour que Charles VII mérite le surnom de Victorieux, il faut que le connétable de Richemont remplace le néfaste La Trémoille à la tête des affaires (1433). Les années qui suivent sont encore des années de deuil (supplice de Jeanne d’Arc, ravages des écorcheurs) ou d’humi­liations (traité d’Arras avec Philippe le Bon) ; c’est pourtant pendant cette période que se prépare la libération du territoire. En 1436, Richemont reconquiert Paris. En 1450, la bataille de Formigny chasse les Anglais de Normandie. En 1453, la vic­toire de Castillon, dernière grande bataille de la guerre de Cent Ans, délivre définitive­ment la Guyenne, y compris Bordeaux. Les Anglais ne gardent plus que Calais.

La victoire avait exigé une grande dépense d’activité humaine, mais aussi une profonde réorganisation du recrutement de l’armée et de l’approvisionnement du Trésor. C’est sous le règne de Charles VII que la France fut dotée, pour la première fois, de forces militaires et de ressources financières fixes, durables, permanentes. La trêve de 1444­1448 permit la constitution des compagnies d’ordonnance (1445) et des francs-archers (1448). En 1438, Charles VII avait promulgué la Pragmatique Sanction. En 1440, il avait dû affronter la révolte nobiliaire de la Pra­guerie, à la tête de laquelle s’était placé le dauphin Louis. La Praguerie avait été matée, les principaux seigneurs qui y avaient adhéré s’étaient soumis, mais le dauphin restait éternellement hostile à son père. Les dernières années de celui-ci devaient en être assombries, quels que fussent les succès obtenus contre Jean II d’Alençon, condamné par ses pairs pour complicité avec l’ennemi (1458), et contre Jean V d’Armagnac, pour­suivi en parlement pour répondre de ses meeurs incestueuses et de sa prétention à exercer la souveraineté dans ses fiefs (1460).

La personnalité de ce roi au visage peu attrayant parait aujourd’hui encore difficile à saisir. Les jugements portés sur ses facultés intellectuelles et sur sa moralité ont été longtemps marqués d’une sévérité excessive. Au siècle dernier et même naguère, il était de mode de mettre l’accent sur son aboulie et sur son « ingratitude royale . On revient maintenant à plus de nuances.

Comme son père, mais heureusement moins que lui, Charles VII semble avoir eu les nerfs fragiles. En 1422, à La Rochelle, le plancher de la salle où se tenait le Conseil s’était effondré. Charles en avait été, sinon blessé, du moins fortement choqué. Cet incident pourrait expliquer certaines absences de réactions, certains abandons physiques et moraux qui s’atténueront sans disparaître après l’intervention de Jeanne d’Arc et le sacre.

Que Charles VII soit devenu le Victorieux parce qu’il avait été le Bien Servi n’est pas contestable. A des degrés divers, Jeanne d’Arc, Yolande d’Aragon, Jacques Cceur, Dunois, Xaintrailles, bien d’autres encore (et peut-être Agnès Sorel), ont été les arti­sans de son succès. Il serait pourtant impru­dent de ne considérer que les serviteurs et d’oublier le maître. N’est servi que celui qui veut et peut l’être. Charles VII entendait mener les affaires du royaume è sa guise. L’affaire de la Pragmatique Sanction, qui ne fut jamais reconnue par Rome, mais n’entraîna aucune excommunication, le prouve. La position d’arbitre de la chrétienté que le roi de France s’assura en 1448, lorsque le Grand Schisme menaça de rebondir, en est un témoignage plus éclatant encore.

L’accusation d’ingratitude peut apparaître a priori comme fondée. Elle repose sur deux chefs principaux : l’abandon, ou prétendu abandon, de Jeanne d’Arc pendant sa, captivité ; l’affaire Jacques Coeur. Quant à l’abandon de Jeanne, la défense du prince est facile. Il suffit de poser les questions suivantes : était-ce Charles VII qui faisait la loi chez les Bourguignons et les Anglais ? comment le « prétendu roi de France aurait-il pu obtenir la libération d’une pri­sonnière que les Anglais s’étaient juré de condamner, justement parce qu’elle était en train de restaurer la dynastie capétienne ? enfin, qui, sinon Charles VII, a pris l’initiative du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc, lors ue la Normandie eut été débarrassée de occupation anglaise ? L’attitude de Charles VII dans l’inique procès intenté à Jacques Ceeur est beaucoup moins claire, car en l’occurrence, le roi pouvait mettre son serviteur à l’abri des atteintes des envieux. S’il a laissé faire, ce n’était certes point pour s’emparer des trésors de son premier créancier, ni sans doute pour livrer ses biens aux courtisans. L’explication la plus vraisemblable est que, depuis la trahison du dauphin, la méfiance que le roi manifestait naturellement à l’égard de ses proches s’était accrue au point de devenir maladive.

Charles avait épousé, en 1422, Marie d’Anjou, fille du roi Louis de Sicile. Il eut d’elle douze enfants. Plusieurs moururent en bas âge. Les autres furent : Louis, qui succéda à son père sous le nom de Louis XI ; Charles, duc de Guyenne, Berry, Normandie, mort en 1472 ; Radegonde, morte sans alliance en 1444 ; Catherine, mariée en 1439 à Charles le Téméraire ; Yolande, qui épousa en 1452 Amédée IX de Savoie ; Jeanne, mariée en 1447 à Jean de Bourbon ; Madeleine, mariée en 1461 à Gaston de Foix, prince de Viane.

Liée au roi à partir de l’année 1433, Agnès Sorel lui donna : Charlotte, qui épousa en 1462 Jacques de Brézé, comte de Maulévrier (lequel la tua en 1476 pour punir son adultère) ; Marguerite, mariée à Olivier de Coétivy ; Jeanne, mariée à Antoine de Bueil.


Dictionnaire d’histoire de France Perrin - France Loisirs - 1988

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.