Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Catilina

, par

Catilina (Lucius Sergius Catilina) (108-62 av. J.-C) était un homme politique romain du Ier siècle av. J.-C. qui est connu pour ses conjurations pour renverser la République romaine et tout particulièrement son Sénat aristocratique

Issu d’une famille noble appauvrie, Catilina sert pendant la Guerre sociale avec Pompée et Cicéron sous les ordres de Pompeius Strabo. Puis il soutient Sylla lors de la guerre civile de 84-81 av. J.-C..

En 73 av. J.-C. il est accusé d’adultère avec une vestale, Fabia, qui était la demi-sœur de la femme de Cicéron.

Il devient préteur en 68 av. J.-C. et gouverne la province d’Afrique pendant les deux années qui suivent. À son retour il est poursuivi pour abus de pouvoir et acquitté puis en 66 av. J.-C. il est accusé de conspiration avec Autronius et Sylla, mais cette conjuration nous est mal connue.

En 64 av. J.-C. il est battu par Cicéron aux élections consulaires pour l’année 63. Catilina décide alors de se présenter comme le défenseur des populares et des vétérans de Sylla. Et il commence à organiser une nouvelle conspiration.

En 63 av. J.-C. Cicéron devenu consul découvre la conspiration et la révèle au Sénat, dans un discours célèbre commençant par ces mots :

« Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? » - Jusque à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?

qui obligèrent Catilina à fuir Rome. Il résida en Etrurie chez son ami Manlius, laissant à ses partisans le soin de chercher la complicité des Allobroges ( tribu gauloise de la province Narbonensis. Ceux-ci refusèrent et avertirent même les autorités romaines. Sur proposition de Caton d’Utique, Catilina et sa clique de conspirateurs furent condamnés à mort par un senatus consultum ultimum, ce qui était illégal. ( sources : Salluste + Encyclopédie de l’antiquité classique parue au éditions Séquoia )

En janvier 62 av. J.-C. Catilina et ses compagnons sont interceptés et défaits par des troupes romaines à Pistorium (auj. Pistoia) et Catilina y trouve la mort en combattant. Un sénateur commenta : « Quelle belle mort !... Dommage qu’elle n’ait pas servi la République ».

Les conspirations de Catilina inspirèrent plusieurs ouvrages littéraires : Les Catilinaires de Cicéron, discours prononcés au Sénat, qui devinrent un exemple d’éloquence et de rhétorique et l’historique de cette conjuration rédigé par Salluste sous le titre de De Conjuratione Catilinæ.

L’histoire de cette conjuration a été écrite par Salluste et, au XIXe siècle, par Prosper Mérimée (1844). Les Catilinaires de Cicéron y ajoutent de saisissants détails. Crébillon père, dans Catilina (1748), Voltaire, dans Rome sauvée, ont mis sur la scène la conspiration et la fin tragique de Catilina.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.