Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Cassino : Une défense ad hoc

, par

Mais au cours des dix jours suivants, la situation se retourna en faveur de Kesselring. Le débarquement allié d’Anzio, le 22 janvier, n’avait pas réussi à attirer des unités du secteur de Cassino. Au contraire, la situation à Anzio était telle que des unités allemandes pouvaient être déplacées maintenant vers le secteur de Cassino - et les premiers qui arrivèrent à temps pour sauver la 44e Div. furent les parachutistes de Heidrich.

Kesselring s’était attendu à une opération amphibie alliée sur ses arrières, mais quand elle se produisit le 22 janvier (en coordination avec l’attaque du Rapido) il se trouva en difficulté. Sa force, toutefois, résidait en son habituelle rapidité de réaction, et cette fois il fut aidé par une excessive circonspection des Alliés.

Pour faire face à la menace d’Anzio, Kesselring rameuta toutes les unités qui étaient disponibles en Italie centrale depuis l’écheI Bn. jusqu’à celui de la Sn. - fantassins, art leurs, bataillons AA (avec ou sans leurs bo ches à feu),’ détachements d’artillerie loua unités de reconnaissance, service spécial
unités de garde ou de défense de quartiers généraux -et en constitua des Gpts. de combat ad hoc destinés à liquider la tête de pont d’Anzio.

Parmi ces troupes, il y avait un Gpt. de combat de la l’ Div. Para (groupe Schulz), ainsi qu’un autre (groupe Gericke) provenant d’une nouvelle Div. Para qui n’existait que depuis moins d’un mois.

La 4e Div. Para, commandée par le général-major Heinz Trettner, fut formée en janvier 1944, principalement sous l’influence des succès remportés par la Ir’ Div. Para. Ses effectifs furent prélevés sur des divisions de la Luftwaffe, des organismes au sol et des vétérans rescapés de Hollande, de Belgique et de Crète.

Quatre jours avant Anzio, le lieutenant-colonel Walter Gericke reçut l’ordre de tenir prêts trois de ses meilleurs bataillons en vue d’éventuels colmatages et, grâce à cette précaution, la e Div. Para fut en position dès le 26 sur le flanc ouest de la tête de pont.

Elle prit part aux furieuses tentatives exécutées pour rejeter les assaillants dans la mer, qui débutèrent le 3 février et se poursuivirent jusqu’au 1" mars, date à laquelle Kesselring reconnut qu’avec le rassemblement hétéroclite de troupes dont il disposait il ne pouvait y parvenir et passa en conséquence à la défensive.

Mais, avant même que la contre-attaque d’Anzio ait été déclenchée, la situation y paraissait si sûre et celle à Cassino, par contre, si désespérée que le groupe Schulz fut retiré d’Anzio et jeté dans la bataille pour les hauteurs de Cassino.


sources mensuel Connaissance de l’Histoire 1977 1982 Hachette

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.