Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Cassino : Les parachutistes arrivent

, par

C’est dans le courant de la deuxième semaine de février que les parachutistes furent engagés à Cassino. Ils arrivaient fort à propos, car « Cavalry Hill » avait déjà changé de mains deux fois.
Mais, le 10 février, le 3e Bn. du Régt. Para, aux ordres du commandant Kratzert, en expulsa de nouveau les Américains, et cette fois ce point clé demeura au pouvoir des Allemands jusqu’en mai.

Dès son arrivée d’Anzio, le groupe Schulz fut collé comme un pain à cacheter sur les pentes abruptes descendant vers le Liri. Le déploiement des hommes de Schulz (let Bn. de mitrailleurs parachutistes) n’avait pas de profondeur et manquait de positions préparée, mais, pour comble, suivant un ordre de Kesselring de décembre 1943, il leur avait été interdit d’occuper le terrain dans un rayon de quatre cents mètres des murs de l’abbaye du mont Cassin située sur le sommet de la colline.

Cependant, ils tinrent le bas des pentes et déjouèrent toutes les tentatives des Américains et des Indiens pour nettoyer les hauteurs et descendre dans la vallée du Liri. Entre-temps la 44’ Div., épuisée, avait été relevée par la 90e Panzegrenadierdivision et par la Ire Div. Para dont les groupes de Schulz et de Kratzert, déjà en position, avaient constitué l’avant-garde.

Le raidissement soudain de la résistance allemande à Cassino, due à l’arrivée des parachutistes, eut des conséquences fatales pour l’abbaye.

Il parut confirmer les chefs alliés dans leur croyance totalement erronée que les Allemands l’avaient occupée et qu’ils avaient fait de ce point - le plus avantageux de tout le secteur - la pierre angulaire de la défense. Le lieutenant général Sir Bernard Freyberg, du corps néo-zélandais, refusa nettement d’attaquer le mont Cassin avant que l’abbaye n’ait été bombardée, et le résultat en fut la destruction brutale et insensée, le 15 février, du monastère, ce qui permit aux Allemands d’imposer aux Alliés un sanglant piétinement, dans le même temps où leur front en sortait profondement entaillé


sources mensuel Connaissance de l’Histoire 1977 1982 Hachette

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.