Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Carthage

, par

Du côté de la métropole africaine, l’argent jouait un très grand rôle pour l’armée, dans la mesure ou Carthage utilisait des mercenaires. Aucun bouleversement, semble-t-il, n est intervenu dans le domaine militaire . En revanche, bien que l’ost punique n’ait pas eu, lui non plus, son Polybe, nous en connaissons mieux organisation, grâce a l’iconographie, grâce aux Grecs et aux Latins. Du point de vue de la composition, on ne doit, apparemment, relever que de modestes changements. Aux côtes des Carthaginois se trouvaient les contingents des cités puniques, d’autres Africains non puniques, et enfin des hommes recrutés dans la péninsule Ibérique.

JPEG - 9.8 ko
Hannibal Barca

Ils servaient comme autrefois, au titre d’ alliés, de sujets, de mercenaires, ou parce qu’ils etaient soumis au service militaire obligatoire. On retrouve un tableau très voisin et résume dans un passage de Tite-Live qui met dans la bouche d’Hannibal une adresse a ses soldats : " Vous, mes vieux fantassins, vous, cavaliers des plus nobles familles, montés sur des chevaux avec ou sans brides, vous, les plus braves et les plus fidèles des alliés, vous, Carthaginois... "

Ce texte de Tite-Live pressente de l’intéret également pour la tactique. Il rappelle l’existence d’une cavalerie lourde et d’une cavalerie légére. La première intervenait dans les batailles pour provoquer un éffet de choc, souvent de concert avec les éléphants montes par un cornac et un soldat portant casque, cuirasse et javelot. Elle etait composée de Carthaginois (casque et cuirasse,épée et lance) et de Gaulois. Ils harcelaient l’ennemi ;La cavalerie légère venait de la péninsule ibérique et de Numidie ; il ne semble pas qu’ait existe une bien grande différence entre les combattants de ces deux origines, qui utilisaient " parme " et javelot, si ce n’est que les Hispaniques avaient un glaive court

Une importante différence par rapport a l’armee romaine, ou l’infanterie restait "la reine des batailles ", mérite d’etre relevée les forces montées représentaient, au combat, un élément essentiel des armées puniques et elles ont souvent permis d’emporter la décision a elles seules. De même, existaient une infanterie lourde et une infanterie légére. La première était formée notamment par des contingents libyens. Au début de la deuxième guerre punique, ils ressemblaient comme des frères a des hoplites grecs, portent lance et épée, casque a panache, bouclier moyen, jambières et cuirasse à écailles ; eux surtout vont profondément se transformés au cours du conflit . Le poète Silius Italiques, qui n’est hélas qu’un poète, nous en rappelle la composition dans un tableau coloré, plein de noms exotiques et sonores . On y remarquait d’abord des soldats citoyens, ’ la jeunesse de Carthage la Syrienne ’ : sans doute moins nombreux dans l’infanterie, ils formaient le gros de la cavalerie lourde et des équipages de la flotte.


sources : histoire militaire des guerres puniques Yann LeBohec ed Du Rocher 1995

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.