Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

C.R. Caldwell

, par

Victoires

28

Biographie

« Killer » Caldwell, le grand as allié du désert, est aussi le n° 1 au palmarès des pilotes de chasse australiens avec vingt­huit victoires (et une partagée), glanées sur deux fronts très différents. Clive Robertson Caldwell est né le 28 juillet 1910 à Albion Park, près de Sydney. En 1938, il effectue son premier vol en solo à l’aé­roclub local, après seulement trois heures et demie d’instruc­tion pratique ! Dès que la guerre éclate en Europe, Cald­well s’engage dans la Royal Australian Air Force. En janvier 1941, il reçoit ses ailes, puis son affectation pour le Moyen­Orient comme pilote de chasse. Malgré ses trente ans révolus, il doit de ne pas rejoin­dre les bombardiers ou les transports - affectations réser­vées aux « vieux » de son âge - à son exceptionnelle aptitude à piloter et à son sens inné du commandement.

Cet homme de taille impo­sante (1,90 mètres et 110 kilos) ne connaît pas les demi-mesures. Sa confiance en lui et sa détermination se­ront deux atouts de poids dans les dures batailles qui l’atten­dent en Méditerranée, où il ar­rive le 1 1 avril 1941 pour deve­nir Pilot Officer au 250" Squadron de la R.A.F., équipé en Tomahawk. Après avoir brièvement combattu en Syrie et à Chypre, son unité est envoyée en Cyrénaïque. Le 26 juin 1941, au cours d’une mission d’escorte au­dessus de Gazala, il abat son premier Bf. 109 et, quatre jours plus tard, il revendique deux Ju.87 et un Bf.110 qu’il par­tage avec un autre pilote. Le 7 juillet, un Fiat G.50 italien vient s’ajouter à son tableau de chasse.
Le 29 août 1941, près de Tobrouk, un as allemand de la JG 27 plonge sur Caldwell, le prenant au dépourvu, et incen­die son Tomahawk. Légère­ment blessé à l’épaule, l’Aus­tralien s’apprête à sauter en parachute, lorsque le feu s’éteint. Il se rassoit aux commandes et parvient à abat­tre un 109 avant de regagner sa base, où ses mécaniciens dénombreront 113 impacts de balles et d’obus sur son avion !

Ce bel exploit lui vaut la D.F.C. (Distinguished Flying Cross) et, surtout, une promo­tion au grade de Flight-Lieute­nant, avancement spectacu­laire pour un pilote qui n’a que cinq mois de service. Très rapi­dement, son palmarès se gon­fle de nouveaux succès, mais Caldwell ne se contente pas d’appliquer les méthodes et tactiques qu’on lui a ensei­gnées, il en crée de nouvelles...

Le 5 décembre, il met hors de combat cinq Ju.87 d’une formation de quarante Stuka près d’El-Adem. A la fin de l’année 1941, il ajoute une bar à sa D.F.C. et se voit promu Flight-Commander. Sa réputa­tion est proportionnelle à son score, et bientôt on ne l’appelle plus que « Killer » Caldwell, Caldwell le Tueur. Le 14 janvier 1942, il prend le commandement du fameux 1 12" Squadron, dont les Kitty­hawk sont ornés de l’agressive gueule de requin, devenue si fameuse.

Le 20 février 1942, il abat un Bf.109 du I. /JG 27, au terme d’une spectaculaire chandelle qui prend son adver­saire par surprise. Le 10 mars, Clive Caldwell teste le Kitty­hawk dans son nouveau rôle de chasseur-bombardier, rôle qui s’avèrera très utile lors de la guerre du désert. Le 14 mars, il revendique ses deux dernières victoires dans le désert : un Bf. 109 (par­tagé) et un Macchi MC.202. Son palmarès fait état de vingt victoires et demie lorsqu’il quitte la Méditerranée, le 25 mai 1942, ce qui fait de lui le grand as allié de ce théâtre d’opérations.

Bien que la R.A.A.F. réclame à cor et à cri le retour au bercail de son enfant prodige, Cald­well passe quelques mois en Angleterre et aux Etats-Unis. Fin septembre 1942, il est ac­cueilli en héros en Australie où il prend le commandement du n° 2 O.T.U. qui teste le chas­seur de fabrication locale Boo­merang. Le 26 novembre, il est muté au n° 1 Fighter Wing à Darwin où il occupera les fonc­tions de Wing Commander à partir du 1"’ janvier 1943. Les Spitfire VC de cette escadre ont pour mission de repousser les raids japonais sur les côtes australiennes. Le 2 mars 1943, à la tête d’une patrouille de six Spitfire, Caldwell inter­cepte six « Kate » escortés par douze « Zeke ». Il abat un avion de chaque type au-dessus de la mer d’Arafura. Il conduit fré­quemment lui-même des vagues de trente-six à qua­rante-huit Spitfire, qui sèment la confusion dans les rangs ja­ponais. Les exploits de son es­cadre lui valent d’être décoré de la D.S.O. (Distinguished Service Order) le 22 juin. Sa dernière victime, un « Dinah », tombe le 20 août 1943.

Avec vingt-huit victoires et demie, il est l’as des as austra­liens et bien qu’il cesse de combattre deux ans avant la fin des hostilités, aucun de ses compatriotes n’affichera un tel palmarès. Le 28 septembre 1943, retiré du front, Caldwell retrouve le n° 2 O.T.U. Il revient dans la zone des combats le 14 avril 1944, comme commandant du 80 Fighter Wing, équipé de Spitfire VIII, à Morotai (Indonésie). Le le, août, il est nommé GroupCaptain. En avril 1945, il entre à l’état-major australien, qu’il ne quittera que le 6 février 1946 pour retrouver la vie ci­vile. « Killer » Caldwell se lance alors dans les affaires.


sorces serie connaissance de l’histoire 1978 1982

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.