Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Bir Hakeim

26 mai - 11 juin 1942

, par

GIF - 12.1 ko
Insigne 1e RIMA

Le 4 février, la 1ere brigade légère vient relever à Bir Hakeim la 150e brigade britannique du Yorkshire. Une belle page d’épo­pée va s’ouvrir ; rien encore ne la fait prévoir. Bir Hakeim constitue alors l’aile extrême sud du dispositif britannique. Muracciole a parfaite­ment décrit l’aspect du champ de bataille et précisé son organisation défensive. « Dans ce désert déjà inhospitalier on trouve tout de même en cette saison de maigres buissons rabougris et aussi parfois quelques parterres imprévus de fleurs multicolores et odorantes. Du « Bir » qui a donné son nom à l’endroit il ne reste qu’un puits asséché, autour duquel montent la garde des vestiges écroulés d’un petit poste italien tout juste grand comme une petite ferme de chez nous. Le terrain légèrement exhaussé par rapport à l’immensité envi­ronnante est à peine mouvementé. Sur le sol aucune herbe ne retient le sable que le moindre souffle fait tourbillonner en hautes colonnes ocres. La couche de sable est mince et le sous-sol extrêmement dur. Les travaux que l’on pouvait entreprendre devaient être forés à la mine. Les abris creusés étaient précaires... Le général de Larminat apporta tous ses soins à l’organisation d’un système défensif très ’ habilement conçu... des abris furent creusés et des marais de mines disposés autour de la position lui constituant une large et solide ceinture protectrice... Pendant que s’organisait la position, sous un vent de sable presque constant, nos patrouilles s’en allaient harceler l’ennemi jusque dans ses positions et sur ses arrières à 150 kilomètres de Bir Hakeim. »

JPEG - 18.2 ko
Bir Hakeim - Bren carrier

Au début d’avril le général de Larminat passe le commandement de la brigade au général Kcenig et s’installe à Bardia où il constitue une 2e brigade semblable à la 1`e. La menace d’une attaque sur Bir Hakeim se précise le 26 mai à la suite d’une sortie de nos colonnes légères. Rommel, ayant reçu des renforts après ses succès sur Aghedabia, Ben­ghazi et Derna en janvier et février, a repris l’offensive. Cette fois il veut atteindre Le Caire. Ses forces s’articulent en deux colonnes, l’une suit le littoral, l’autre veut prendre Tobrouk à revers et se présente devant Bir Hakeim le 27 mai. Toute la nuit on a entendu des bruits de moteurs et au jour, nos guetteurs signalent de nombreuses colonnes en mouvement... La garnison de Bir Hakeim est alors à l’effectif d’un peu plus de 3500 hommes. Elle comprend la 1" demi-brigade de Légion étrangère (lieute­nant-colonel Amilakvari), la 2` demi-brigade coloniale (colonel de Roux), avec le bataillon de marche n" 2 (commandant Amiel), le batail­lon du Pacifique (lieutenant-colonel Broche), le 1" bataillon d’infanterie de marine (comman­dant Savey). Dans la position se trouvent aussi les fusiliers marins d’Amyot d’Inville, le 1" régi­ment d’artillerie de Laurent-Champrosay, la 22` compagnie nord-africaine, des formations du génie, des transmissions, des antichars, le groupe sanitaire, de la DCA.

GIF - 38 ko
Bir Hakeim - Jock Colonn

A Bir Hakeim, les Français Libres sont à une place d’honneur. Bir Hakeim interdit à l’ennemi « toute exploitation de succès » et constitue pour les alliés « une plaque tournante » indis­pensable à toute manceuvre.

La bataille de Bir Hakeim va durer quinze jours. Elle peut se diviser en quatre phases- du 27 au 31 mai : attaque de Bir Hakeim par la division Ariete ; - du 31 mai au 2 juin, nos troupes se préparent à poursuivre l’ennemi en retraite et amorcent une poursuite i -du 2 au 10 juin, 2 nouvelles divisions encerclent Bir Hakeim... Les assauts répétés, les bombardements massifs n’ébranlent pas notre résistance -dans la nuit du 10 au 11 juin, sortie de vive force. L’épopée, ici, tient dans la précision même des faits.

Le 27 mai à 9 heures, 70 chars progressent le long du champ de mines de l’est, ouvrent le feu et foncent vers nos défenses. Rageusement, nos pièces antichars entrent en action. Dix-huit engins ennemis (ce sont des M. 13 italiens) sautent sur des mines ou sont immobilisés par nos tirs. Des colonnes de fumée noire montent dans le ciel, et la poussière s’étend en nappe sur la zone de bataille. Devant la Légion, 30 chars surgissent soudain. Notre tir est ouvert à 400 mètres sur les uns, à quelques mètres sur les autres ; 6 autres chars sont immobilisés à l’intérieur de la position. Puis le tumulte de la bataille s’éteint. A 11 h 30, la division Ariete se retire ayant perdu 32 chars.

Les journées des 28 et 29 mai ne sont mar­quées que par des opérations de détail. Le mordant de nos troupes s’est exalté ; nous faisons quelques sorties heureuses, détruisant de nou­veaux chars et automitrailleuses.

Les 30 et 31 mai l’ennemi amorce son repli. Devant nos positions les nombreux chars, auto­mitraileuses et véhicules carbonisés affirment la valeur de notre résistance victorieuse. Nous avons fait des prisonniers, nos pertes sont légères.

Dès le 31 mai, le commandement allié décide de poursuivre l’ennemi. Nous devons être rele­vés à Bir Hakeim par des troupes britanniques. Le 1" juin à l’aube, le bataillon du Pacifique s’engage dans la poursuite vers l’ouest. Ce jour est aussi marqué par la visite du général de Larminat qui félicite les troupes et « dut avoir plaisir à constater l’excellence du dispositif à la conception duquel il a pris une part person­nelle », écrit le lieutenant Besnard. Bir Hakeim pendant cette journée sert de cible à des bom­bardiers allemands et à des Stukas. De son côté, le bataillon du Pacifique atteint Rotunda-Segnali à 80 kilomètres à l’ouest, mettant en fuite un détachement léger. La brigade attend sa relève et se porte en avant, quand dans la nuit, survient un contre-ordre : « Demeurer à Bir Hakeim et résister sur place », Rommel a repris l’offen­sive... Entre le 2 et le 10 juin, nous atteignons le sommet de la bataille.

Le 2 juin, vers 9 h 30, une colonne ennemie de plus de 1000 véhicules est signalée au nord­est ; chacun à son poste attend l’attaque qui semble imminente... Une automobile portant un drapeau blanc se présente à la porte est. Deux officiers italiens en descendent ; ils sont conduits au général Kcenig auquel ils tiennent un discours en italien dont on ne saisit que quelques mots : « Rommel... circundati... exter­minati... capitulare... ». D’un ton courtois mais ferme, le général Kcenig répond qu’il n’est pas question pour la brigade de se rendre sans combattre. « Vous êtes de grands soldats », répond un des officiers italiens.

GIF - 16.8 ko
Insigne RIMAP-NC

Une heure plus tard, les premiers obus de 105 tombent dans Bir Hakeim. Notre artillerie riposte, incendiant quelques véhicules à notre portée. Au début de l’après-midi, Bir Hakeim s’enveloppe dans le vent de sable et la « lourde attente » qui étreint nos hommes ne se rompt qu’avec le soir sous un bombardement aérien. L’aube du 3 juin est marquée par un événe­ment heureux. Le colonel Broche, sorti en poursuite avec le bataillon du Pacifique, trom­pant la surveillance de l’adversaire, rentre dans nos lignes après des combats heureux. Vers 7 heures du matin, il vient rendre compte de sa mission au quartier général de Kcenig et passe parmi nos troupes à bord d’un side-car sur lequel est peint l’insigne du bataillon du Pacifique... Un cocotier et des montagnes ! Des soldats se lèvent de leur trou pour l’acclamer. Ils savent qu’avec sa colonne, douze canons de 75 sont rentrés dans la position. Vers 8 heures, deux Britanniques se présentent à la chicane est. Ils sont porteurs d’un message de Rommel.

Ce message rédigé en allemand est signé de la propre main du général. En voici la traduction :

Aux troupes de Bir Hakeim


Toute nouvelle résistance n’amènerait qu’à verser le sang inutilement. Vous auriez le même sort que les deux brigades qui se trouvaient à Got-Ualeb et qui ont été exterminées avant-hier. Nous cesserons le combat dès que vous hisserez le drapeau blanc et viendrez vers nous en armes. La réponse de Koenig ne se fait pas attendre les batteries françaises ouvrent immédiatement un feu nourri sur tous les véhicules ennemis qui viennent à portée.

En même temps, le général fait remettre à tous les commandants d’unités, un ordre général dont ils doivent communiquer la teneur à leurs hommes.

1. Nous devons nous attendre désormais à une attaque sérieuse par tous les moyens combinés (aviation, chars, artillerie, infanterie). Elle sera puissante.

2. Je renouvelle mes ordres et ma certitude que chacun fera son devoir sans faiblir, à sa place, coupé ou non des autres.

3. Notre mission est de tenir coûte que coûte jusqu’à ce que notre victoire soit définitive.

4. Bien expliquer cela à tous, gradés et hom­mes.

5. Et bonne chance à tous.

Quartier général le 3 juin, à 9 h 30 Signé : Koenig.

Une communion de guerriers dans un courage tranquille étreint chef et soldats de Bir Hakeim « forteresse du désert ». La bataille s’amplifie dans la gamme accrue des tirs d’artillerie et les bombardements aériens. Alors intervient la « chasse » britannique. Vers 5 heures du soir, en une minute, 7 Stukas sont abattus. La journée du 4 juin marque l’aggravation de la bataille aérienne. Les batailles aériennes ont des crises. On distingue mal ennemis et amis, des avions éclatent au ciel, s’écrasent à la verticale ou dans un sillage de fumée noire s’enfuient vers l’horizon. Profitant de la nuit, un convoi britannique traverse les lignes et apporte des munitions.

Le 5 juin, à 4 heures du matin, un plénipoten­tiaire de Rommel se présente en vain à l’est. Peu après les canons lourds ennemis de 150 et de 210 entrent en action.

GIF - 17.7 ko
Insigne RIMAP-Papeete

Le 6 juin, sous un ciel gris et par un temps frais, Rommel, appuyé par une intense prépara­tion d’artillerie, attaque sur le front du bataillon du Pacifique ; il est tenu en échec mais son étreinte s’est resserrée. Le 7 juin, relativement calme, marque le complet investissement de Bir Hakeim : des batteries ennemies sont visibles à tous les points de l’horizon.

Dans la nuit, l’aspirant Bellec, de la Coloniale, réussit un véritable exploit. Sortant en voiture de la position, il a retrouvé en plein désert un convoi de ravitaillement et l’a fait rentrer dans nos lignes... L’eau est ainsi assurée pour quel­ques jours et les munitions complétées.

GIF - 9.5 ko
Insigne 2e RIMA

Avec la journée du 8 juin, l’attaque ennemie débouche face au BM 2. Les pionniers alle­mands ouvrent un passage dans les champs de mines et le correspondant de guerre allemand, Lutz Koch note : « Rommel entraîne ses batte­ries derrière lui et roule le long du passage en criant : « Vorwàrts ! » pour les Allemands, et « Avanti » pour les Italiens ». La bataille dure tout le jour, appuyée par des passages répétés de 70 bombardiers Junkers. Seul notre observatoire d’artillerie a été perdu... Ses défenseurs se sont fait tuer sur place.

Le 9 juin, l’artillerie et l’aviation restent actives. Kcenig donne ses ordres d’une voix mesurée, pleine d’énergie et de sérénité. Par un message il précise : « Que chacun bande ses énergies ! L’essentiel est de détruire l’ennemi chaque fois qu’il se présente à portée de tir. » Nous sommes au quatorzième jour de la bataille. Les réserves d’eau seront épuisées dans quaran­te-huit heures. L’ambulance a été détruite. Le 10 juin, un fort brouillard gêne l’action ennemie. En réponse à une demande du com­mandement allié d’évacuer Bir Hakeim, dont la résistance n’est plus essentielle, Kcenig décide que l’opération aura lieu dans la nuit du 10 au 11 juin.

Et nous voici au soir tragique de la sortie. Il faut briser le cercle ennemi, cercle de feu, de mines et de chair. Il faut gagner l’espace ; et l’espace pour des Français libres, c’est la bataille demain, la bataille encore, jusqu’à la France à libérer. On sort silencieusement dans la nuit... Tout va bien d’abord. Mais peut-on avoir l’es­poir de traverser le cercle infernal sans être signalé ?... Une fusée monte... Rien de grave ! Puis une petite rafale de mitraillette. Rien de grave encore ! Mais soudain, vingt rafales la suivent et cent fusées montent dans le ciel ; et mille balles traceuses déchirent la nuit. Le drame est ouvert dans une furie d’éclairs et de mitraillettes, d’éclatements et de crépitements, de cris et de râles. « Foncez tout droit », a dit Koenig. On charge, on hurle, on tire, on meurt.

Trois feux rouges marquent au loin le point de ralliement ; les découvrir, c’est déjà l’espé­rance d’un salut. Enfin on entre dans les silences du désert. Mais beaucoup ne connaîtront pas le retour de leur épopée. Broche, Savey, Bricogne, l’artilleur, sont parmi ceux-là : et Roux va tomber quelques jours plus tard. « Soldats de Bir Hakeim ! par ces actions mémorables vous avez réouvert avec éclat le livre des fiertés nationales », proclame le général Catroux.

Il appartiendra au général de Gaulle d’annon­cer ainsi l’épopée de Bir Hakeim « Peu à peu, invinciblement la France combat­tante émerge de l’océan qui s’acharnait à la recouvrir et le monde y reconnaît la France. Quand, à Bir Hakeim, un rayon de sa gloire renaissante est venu caresser le front sanglant de ses soldats, le monde a reconnu la France. Général Koenig, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil. »


sources : Les troupes de Marine 1622-1984
ed editions Lavauzelle 1991

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.