Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Barras

, par

Paul-François-Jean-Nicolas, vicomte de (Fox-Amphoux, 30 juin 1755 - Chaillot, Paris, 29 janvier 1829).

« Nobles comme les Barras, aussi an­ciens que nos rochers », avaient cou­tume de dire les Provençaux.

Le jeune Barras est cadet gentilhomme à seize ans, sert aux Indes, atteint le grade de capitaine, puis démissionne en 1783, s’établit à Paris et y fait la noce, dissi­pant rapidement sa fortune. Il assiste à la prise de la Bastille en spectateur et quitte un Paris en révolution pour re­trouver sa Provence. Il s’y fait élire à la Convention, y intervient peu, vote la mort pour le roi, se fait envoyer en mis­sion en Provence et prend part au siège de Toulon où il se lie avec le lieutenant Bonaparte qu’il fait nommer capitaine. Soupçonné de prévarication par Robes-pierre, il est rappelé à Paris en janvier 1794.

Sentant le couperet de la guillo­tine sur son cou, Barras fait front et ra­meute l’opposition à Robespierre. Le 9-Thermidor, son action est décisive dans la chute de « l’Incorruptible ». Avec l’appui de Bonaparte, il écrase l’insur­rection royaliste de Vendémiaire (5 oc­tobre 1795). Élu un des cinq directeurs, il est, en fait, la tête du Directoire exécu­tif, organise les différents coups d’État qui lui permettent de se perpétuer au pouvoir. Prévenu des intrigues de Sieyès et des préparatifs de coup d’État de Bo­naparte, Barras laisse faire et signe une lettre de démission où il s’efface der­rière le Premier consul. Installé à Gros-bois où il mène joyeuse vie, Barras est trop près de Paris au goût de Bonaparte qui lui brdonne de se retirer au moins à 40 lieues (160 km) de Paris.

Il part alors pour Bruxelles. Autorisé plus tard à re­venir en Provence, Barras inquiète tou­jours l’Empereur qui l’exile à Rome en 1810. Revenu à la chute de l’Empire, il s’installe à Chaillot et y finit son exis­tence dans l’opulence sans jamais avoir été inquiété par les Bourbons, bien qu’il fût régicide.


Histoire et Dictionnaire du consulat et de l’empire A Fierro A palluel guillard J Tulard ed Bouquins 1995

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.