Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Azincourt

, par

Village de l’Artois.

Bataille célèbre perdue par les Français devant les Anglais, le 25 octobre 1415. Henri V d’Angleterre, qui vient de prendre Harfleur, mais fuit vers Calais devant la menace de forces françaises supérieures en nombre, a passé la nuit à Maisoncelle en Artois. L’armée française cherche à lui cou­per la retraite en se postant près d’Azin­court, entre deux bois touchant l’un à Azincourt, l’autre à Tramecourt. La terre est grasse et imprégnée de pluie, la place est étroite pour une armée qu’on évalue à une quarantaine de milliers d’hommes, dont beau­coup sont à cheval. Car l’élite de la chevale­rie française est là, avec les plus grands feuda­taires du royaume et plusieurs princes du sang. Le commandement est assumé par le connétable d’Albret, assisté de Boucicaut et d’Antoine, duc de Brabant. Hélas t dès le départ les Français ne songent qu’à agir à leur guise ou à suivre leurs seigneurs parti­culiers. Tous se bousculent pour occuper le premier rang. Lorsque les Anglais les attaquent avec leurs archers, ils sont inca­pables de se servir de leurs bras. En outre, ils s’enlisent dans la boue avec leurs arme­ments trop lourds. Les derniers rangs ne sont pas à même de venir en aide aux premiers. Ayant déchargé leurs arcs et tué beaucoup de monde, les Anglais se servent de leurs épées et de leurs haches. Une charge de cavalerie achève le travail. Dépourvue de commande­ment, l’arrière-garde française, après avoir fait mine de résister, s’enfuit. Les Anglais renoncent à poursuivre les fuyards : ils ont déjà tant de prisonniers depuis le début de la bataille, qu’ils ont dit en massacrer la plupart pour surveiller le reste.

Parmi les morts, 6 000 ou 7 000 environ du côté français, on trouve le connétable, le duc d’Alençon, le duc de Brabant, le duc de Bar, le comte de Nevers ; parmi les captifs, le duc de Bourbon et surtout Charles, duc d’Orléans, premier prince du sang. Les conséquences d’Azincourt sont considérables invasion d’une France déjà affaiblie par la querelle des Armagnacs et des Bourguignons ; disparition d’une très grande partie de sa noblesse et de beaucoup de ses soldats ; fin de l’utilisation excessive et maladroite des armements lourds par une certaine chevale­rie présomptueuse et indisciplinée.


Source : Dictionnaire d’histoire de France Perrin - France Loisirs - 1988

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.