Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Aetius

, par

Flavius Aetius (parfois francisé en Aétius) est un sénateur et généralissime des légions romaines qui obtint les titres de « Patrice » et de " comes et magister utriusque militiae " (« comte et maître des deux milices » en latin) en 443.

On a dit de lui qu’il fut « le dernier des Romains » en raison de ses victoires ou alliances à l’avantage de Rome (et personnelles) contre les barbares du Ve siècle, peu avant que Romulus Augustule, dernier empereur d’Occident ne soit déposé en 476.

Il naît à Dorostolus en Mésie (Macédoine) à la fin du IVe siècle. Fils de Gaudentius, un chef militaire barbare à la solde de l’empire romain élevé au titre de maître de la milice (magister militum), puis de comte d’Afrique.

Durant sa jeunesse dans les gardes du palais, il fut envoyé comme otage à la cour d’Alaric Ier, roi des Wisigoths, puis à celle de Ruga, roi des Huns où il devient un ami du jeune Attila. Ces derniers étaient tour à tour les principaux rivaux et alliés de l’empire romain. À son retour, tous les honneurs lui furent accordés.

Alors qu’ils s’en prennent à l’empire romain d’Orient, Aetius les utilise comme auxiliaires contre les Germains qui menacent la Gaule romaine. Dans le même temps, il sut user des faveurs du parti « anti-barbares » qui avait triomphé à Rome et avait provoqué la chute du général romano-vandale Stilicon.

En 426, il devint préfet du prétoire des Gaules.

Il repoussa les Francs orientaux au-delà du Rhin, vainquit les bagaudes d’Armorique, battit les Francs saliens du roi Mérovingien Clodion le Chevelu à Hélesmes. Ce dernier chef barbare conclut un traité avec le général en 428. Ce traité (fœdus) faisait d’eux des « fédérés » combattant pour Rome, et les autorisait à s’installer dans l’Empire, en l’occurrence près du fisc impérial de Tournai. Il s’agissait là des origines du futur royaume franc de Clovis Ier.

En 428, il fut nommé Magister militum per Gallias par Galla Placidia, puis en 429 généralissime aux côtés de Felix.

En 432, il devint pour la première fois consul.

Sa rivalité avec le général romain Boniface, comme lui sénateur et favori de l’impératrice Galla Placidia (mère de l’empereur Valentinien III), le conduisit à comploter, ce qui finit par attirer les Vandales en Afrique.

Véritable maître de l’Empire à partir de 433, Aetius battit également les Burgondes du roi Gondicaire qui étaient entrés en Gaule et les força, ou plutôt négocia leur installation en Sapaudia (la future Savoie, précisément les territoires entre Alpes et Jura).

Il combattit aussi les Francs et les Wisigoths.

En 435, Galla Placidia lui accorda le titre de patrice.

En 437, il devint consul pour la deuxième fois.

Enfin, il chargea Goar, roi des Alains, qui étaient établis sur la Loire, de surveiller les Armoricains. Ainsi, il contribua par sa politique à dessiner certains des traits marquants du territoire français au haut Moyen Âge.

Aetius fut consul pour la troisième fois en l’année 446. C’est vers 447 qu’il octroye à Clodion, chef des Francs, le statut de fédéré ainsi qu’un territoire autonome, au sein de l’Empire, autour de Tournai, que Clodion et ses descendants (Mérovée, Childéric Ier et Clovis) seront chargés de protéger contre les autres Barbares.

Mais la notoriété d’Aetius est surtout due à ce que l’historiographie a fâcheusement nommé la " bataille des Champs catalauniques ".

Lorsqu’Attila envahit la Gaule en 451, ce fut Aétius qui réunit Burgondes, Saxons, Alains, Francs et Wisigoths, et battit les Huns aux Champs catalauniques en 451. Cette bataille se déroula en réalité au lieu-dit campus mauriacus près de Troyes et marqua la fin de l’invasion des Huns, menés par Attila en Gaule. Aetius y commanda la coalition romano-barbare aux côtés du roi des Wisigoths Théodoric Ier et de Burgondes, d’Alains, de Saxons et de Francs qui étaient ses alliés.

Triomphant, il fut finalement victime des jalousies que ses victoires lui avaient apportées à Rome et des craintes de la famille impériale régnante vis à vis de ses ambitions et capacité à devenir Empereur Romain par coup d’état. Il meurt poignardé sur l’ordre de l’empereur Valentinien III en 454.


sources wikipedia

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.