Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

3e Guerre Punique

, par

Delenda est Carthago : La botte du vainqueur

Rome etait maintenant en position d’arbitre en Orient comme en Occident, et bientôt elle pourrait déployer sans la moindre contrainte sa politique dans le Bassin méditerranéen tout entier.

Pour l’instant, un souci subsistait. Depuis la bataille de Zama, il semblait au Sénat que Carthage se relevait. Son économique ruinée avait retrouve quelque chose de sa prospérité, au point de préoccuper tout un parti qui prêchait la solution finale. Caton, dit le Censeur, ne se lassait pas de répéter : Delenda est Carthago, il faut détruire Carthage. Or, il se trouve que, sur place, le roi allié Massinissa construisait son État numide au détriment des Carthaginois, déjà pressures par les exigences de Rome. Massinissa voyait grand ; il songeait a faire de la Numidie un de ces royaumes hellénistiques a la cour brillante. Fort de l’appui des Romains, il ne se gênait pas pour empiéter largement sur les maigres territoires puniques. Arriva ce qui devait arriver : exaspères des incursions le Massinissa, dans lesquelles ils voyaient un peu trop la main de Rome, les Carthaginois lui déclarèrent la guerre Le prétexte de l’intervention etait trouve. II allait cette fois détruire Carthage-mais il se peut aussi que certains aient vu dans cette opération gratifiante un coup d’arret aux entreprises du Numide, qui finissait par prendre un peu trop d’importance.

Une leçon de prince, en quelque sorte. La troisième guerre punique avait commence.

JPEG - 14.2 ko
Ruines de Carthage

Les Romains débarquaient a Utique en 149 et menacèrent directement la métropole africaine. Ils etaient bien résolus a en finir. Réduits a merci, les habitants de Carthage eurent beau livrer leurs armes et trots cents otages, cela ne suffit point. Les consuls n’exigeaient rien moins que l’évacuation complète de la ville, qui devait être rasée et reconstruite ailleurs. Rome contraignait ainsi Carthage a une résistance heroïque, qui ne aura pas moins de trots longues années. Le siège connut pour les Romains des hauts et des bas, jusqu’a l’arrivé du fils de Paul Émile, le vainqueur de Pydna, petit-fils adoptif de Scipion l’Africain. On le connaît dans l’Histoire sous le nom de Scipion Émilien. Le nouveau commandant fit renforcer le blocus maritime et terrestre autour de Carthage, affamant ainsi la grande cite, qui connut des scènes d’horreur. Au ;terme d’une semaine entière de combats dans les rues, de jour comme de nuit, la ville tomba en 146. Il ne devait pas en rester pierre sur pierre. Une fois les habitants évacue afin d’etre vendus comme esclaves, l’ensemble urbain fut entièrement détruit et-détail significatif-, l’emplacement même fut voue par les prêtres aux dieux infernaux : maudit serait celui qui oserait y revenir. Le territoire carthaginois devenait province romaine d’Afrique, sépare a toutes fins utiles du royaume numide par un fosse.

JPEG - 12.2 ko
Maquette du port militaire de Carthage

La destruction de la ville punique pouvait bien contenter les phantasmes enfantes dans la tête des Romains par cette guerre de cent ans ; elle n’en constituait pas moins une absurdité engendrée par une étroitesse de vues bien dans la manière de la République : Rome n’aurait plus qu’a reconstruire a son profit, vingt-cinq ans plus tard, ce qu’elle avait si rituellement-et stupidement-ravage. Dans les anciennes possessions carthaginoises d’Espagne, les Romains n’agissaient pas avec plus de doigte. Leur rapacité brutale les rendit odieux aux Lusitaniens ils se soulevèrent a l’appel d’un berger nomme Viriathe, qui tailla des croupières aux légions romaines. Les Celtibères ne se laissaient pas plus facilement réduire. Numance, assise tout en haut d’un plateau inexpugnable, sut résister a un interminable siège ou les Romains durent déployer toutes les ressources de leur savoir-faire. La ville ne devait céder qu’au vainqueur de Carthage, Scipion Emilien. Elle tomba en 133 : le comportement heroique de ses défenseurs inspirera a Cervantès une des plus belles pièces du théâtre espagnol.

Les Romains, au milieu de ce second siècle, avaient finalement réussi a imposer leur hegemonic en Méditerranée, tant en Orient qu’en Occident. Il y eut bien quelques soulèvements, mais les Jours etaient faits. La Macédoine connut ainsi, en 148, un commencement de révolte, dont Cecilius Metellus vint rapidement a bout : l’ancien royaume se vit réduit a l’et de province romaine. Les Grecs aussi s’agitaient. Ils furent battus a Scarphee en 146 par le même Metellus. Corinthe fut impitoyablement rasée -la même année que Carthage !-et ses habitants vendus comme esclaves. Tel etait le sort que Rome réservait aux insurges. Ces exemples sinistres constituaient autant d’avertissements a ceux qui dans l’avenir concevraient l’idée même d’une résistance. Enfin, bonheur qui n’etait pas tout a fait le fruit du hasard, Attale III, roi de Pergame, léguait en mourant, en 133, l’ensemble de ses états a son ex-ennemie. La province romaine d’Asie venait ainsi s’ajouter aux autres.

JPEG - 9.3 ko
Ruines de Carthage

De toutes ces guerres réussies, les grands capitaines revenaient nimbes d’un inquiétant surcroit de prestige et la tête pleine de projets d’avenir qu’ ne cadraient pas forcement avec les idéaux républicains. Ils allaient, a n’en pas douter, éveiller des vocations. Quant aux yens d’affaires, devant qui s’ouvraient l’immenses marches a exploiter, ils entendaient déjà chanter les lendemains. Rome avait décidément bien change. D’autres conditions de vie poseraient bientôt a la République d’autres problèmes, qui ne tarderaient pas a la dépasser.

JPEG - 8.5 ko
Plan de Carthage

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.