Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

2e régiment de chasseurs parachutistes (SAS)

, par

Le 2e régiment de chasseurs parachutistes est une des unités françaises les plus décorées de la Seconde Guerre mondiale. Il est la seule unité terrestre à avoir obtenu la fourragère rouge au cours de ce conflit avec six citations à l’ordre de l’armée1, le sous-marin Casabianca cumulant également 6 citations à l’ordre de l’armée et donc la même fourragère.

Connue dans l’armée britannique sous le nom de 4th SAS, cette unité fera l’objet du film Le Bataillon du ciel réalisé en 1947 par Alexander Esway d’après le livre de Joseph Kessel.

Création et différentes dénominations

1er juillet 1943 : création du 1er bataillon d’infanterie de l’air
1er novembre 1943 : 4e bataillon d’infanterie de l’air
1er avril 1944 : renommé 4e régiment SAS ou 2e régiment de chasseurs parachutistes pour les Français
30 septembre 1946 : dissolution du régiment2.

Constitution de l’unité

Le 1er bataillon d’infanterie de l’air (1er BIA) est constitué le 1er juillet 1943 au camp d’Old Dean à Camberley à partir de volontaires et des 1re et 2e compagnies d’infanterie de l’air3 dont la création remonte au 15 septembre 19404.

Le bataillon, intégré aux forces aériennes françaises libres, est confié au commandant Fourcaud. Il compte alors 398 hommes répartis en quatre compagnies.

L’unité est renommée 4e bataillon d’infanterie de l’air le 1er novembre 1943 et passe aux ordres du commandant Bourgoin, un manchot amputé du bras droit en février 1943 lors d’une mission reconnaissance en Tunisie. Le 4e BIA est joint au 3e BIA du commandant Chateau Jobert au sein d’une demi-brigade commandée par le lieutenant colonel Durand.

Il est à noter que de nombreux volontaires français suivront une formation parachutiste à l’école des troupes aéroportées de la 1re Brigade indépendante de parachutistes polonais à Largo, en Écosse, où 244 brevets polonais seront délivrés5.

En avril 1944, les BIA, qui ont rejoint en décembre 1943 leurs homologues britanniques et belges au sein de la brigade SAS de l’Army air corps, prennent la dénomination de régiments : les 3e et 4e BIA deviennent respectivement les 3rd et 4th SAS Regiments pour les Britanniques et les 3e et 2e régiments de chasseurs parachutistes pour les Français.

Les opérations de Bretagne

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, quatre sticks SAS (36 hommes) respectivement aux ordres des lieutenants Marienne, Déplante, Botella et Deschamps, embarquent dans deux quadrimoteurs Short Stirling de la RAF à destination de la Bretagne. Les deux premières équipes sont parachutées sur le secteur de Plumelec, à 15 km du Maquis de Saint-Marcel, Morbihan. Les deux autres en forêt de Duault dans les Côtes-d’Armor. Leur mission est d’établir des bases de guérilla dont les noms de code sont respectivement opération Dingson et opération Samwest.

Pendant les mois de juin et juillet, les paras SAS mènent une vie de coureurs des bois. Tantôt, ils attaquent brutalement et se replient, tantôt ils se terrent pour mieux intervenir lors d’une occasion favorable. L’ennemi et les miliciens sont au comble de l’exaspération. Ils torturent et tuent tous ceux qui sont suspects. Le 12 juillet à l’aube, agissant par ruse, un groupe de Feldgendarmes accompagnés par des miliciens s’infiltre jusqu’au PC du Lieutenant Marienne à Kerihuel, Plumelec où 18 hommes : parachutistes, maquisards et fermiers, sont abattus à la mitraillette puis atrocement mutilés. Enfin, lorsque le 3 août, les blindés US du général Patton atteignent Rennes, ils font cesser les odieux massacres. Le 4e régiment SAS (ou 2e RCP), a perdu (tués, blessés, prisonniers) 23 officiers et 195 hommes sur 50 officiers et 500 hommes (77 sont morts pour la Libération de la Bretagne). Leur mission est remplie au-delà de toute espérance.

Les dernières opérations

Le combat SAS a parfois des conclusions imprévues. À Montceau-les-Mines, un groupe de parachutistes et une poignée de FFI, font croire à des forces ennemies très supérieures en nombre que l’effectif d’une division les encercle. Aussitôt, ils récupèrent 500 prisonniers, des chars et des canons. À la fin de la campagne, le 3e RCP a perdu 80 des siens sur un effectif de 400 hommes. Il a à son actif 5 500 ennemis mis hors de combat, 1 400 prisonniers environ et 382 véhicules divers.

A Noël 1944, les parachutistes SAS, opèrent dans les Ardennes, dans le cadre de la contre-offensive de l’opération Von Runstedt. Les hommes du 4e régiment SAS (2e RCP) livrent la chasse aux commandos de Skorzeny. Le 11 novembre 1944 à Paris, les survivants du 2e RCP ont reçu, en hommage du Roi George VI, le droit au port du béret amarante.

Le 7 avril 1945, les deux RCP (770 hommes) sont parachutés aux Pays-Bas (Opération Amherst).

L’après guerre

Le 1er août 1945, les 3e et 4e régiments SAS, pour les Français 2e et 3e RCP, sont transférés vers l’armée de terre. Ils vont bientôt fusionner pour former un unique 2e RCP qui s’installe à Tarbes. Le 2 octobre 1945, le général britannique Calvert commandant de la brigade SAS, leur rend visite et leur remet leurs fanions ainsi qu’un chapeau de Napoléon et un de Wellington, signe de l’amitié et de la fraternité d’armes.

Le 2e RCP est dissout le 30 septembre 1946, ses effectifs sont ventilés entre le 1er RCP et le 1er RICAP tandis que son drapeau est confié à la demi-brigade SAS d’Indochine, qui deviendra le 1er RPIMa et conservera les décorations du 2e RCP.

Devise

Who dares wins en français Qui ose gagne
Insigne

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d’or dans ses plis, les inscriptions suivantes

Crète 1942
Libye 1942
Sud Tunisien 1943
France 1944-1945
Hollande 1945

Décorations

Croix de la Libération7
Croix de guerre 1939-1945 avec 6 palmes
Croix de Guerre belge
Croix de Guerre néerlandaise
Bronze Star Medal (US)

Chefs de corps

Capitaine Coulet : 1942 (1er BIA)
Capitaine Lambert : 1943 (1er BIA)
Chef de bataillon Fourcaud : juillet 1943 (1er BIA)
Commandant Bourgoin : novembre 1943 (4e BIA)
Commandant Puech-Samson : novembre (2e RCP)
Lieutenant-colonel de Bollardière : 1er août 1945 (2e RCP)
Colonel Reynier : 1945 (2e RCP)

Personnalités ayant servi au sein du régiment

Lucien Neuwirth : député français, il est considéré comme le « père de la pilule » avec sa proposition de loi sur la régulation des naissances adoptée en 1967. Engagé au 4e bataillon d’infanterie de l’air en 1943, il combat en Bretagne puis est parachuté en Hollande où il réchappe, miraculeusement, au peloton d’exécution.


source wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.