Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

16- Le bilan des croisades

, par

Les croisades n’apportent à la chrétienté ni l’essor commer­cial, né de rapports antérieurs avec le monde musulman et du développement interne de l’économie occidentale, ni les techniques et les produits venus par d’autres voies, ni le message intellectuel fourni par les centres de traduction et les bibliothèques de Grèce, d’Italie et d’Espagne, où les contacts étaient autrement féconds qu’en Palestine, ni même ce goût du luxe et cette mollesse qui étaient censés être l’apanage de l’Orient. Sans doute, l’existence des établissements croisés et d’un mouvement constant de voyageurs vers la Terre sainte multiplie les échanges et permet à certaines villes italiennes - Pise, Gênes, Venise - de s’enrichir rapidement par des prêts aux croisés et la location de bateaux. Mais le bilan positif des croisades s’arrête là. Loin de susciter l’éveil et l’essor du commerce de la chrétienté médiévale, elles contribuent au contraire à l’appauvrissement de l’Occi­dent, en particulier, de la classe chevale­resque. De même, loin de créer l’unité morale de la chrétienté, elles accentuent les opposi­tions nationales naissantes entre Français, Anglais et Allemands et, loin d’adoucir les moeurs, conduisent les croisés aux pires excès, depuis les pogroms perpétrés sur leur route jusqu’aux massacres et aux pillages dont la prise de Jérusalem, en 1099, et celle de Constantinople, en 1204, donnent les exemples les plus dramatiques.

Les contacts entre l’Orient et l’Occident et les apports mutuels sont, eux aussi, très limités, tant au plan social que religieux. Dans les États croisés, sous les apparences, les cadres de la vie restent profondément occidentaux, aussi bien du point de vue admi­nistratif que culturel. Les croisés couvrent d’ailleurs leurs conquêtes de châteaux de type féodal (le krak des Chevaliers) et d’églises romanes et gothiques. Les croisades creusent même un fossé définitif entre Latins et Byzan­tins. En dépit de la conscience de l’apparte­nance à une même religion, l’hostilité entre les deux communautés s’accroît de croisade en croisade, au point de déboucher sur la prise de Constantinople par les croisés en 1204.

Quant aux civilisations musulmane et latine, ni les croisades ni l’établissement de croisés en Orient ne favoriseront de façon décisive leur connaissance réciproque. Si, du côté chrétien, les croisades contribuent sans doute à transmettre à l’Occident une image plus véridique de l’Islam et, par conséquent, à élargir son horizon géographique et mental, le monde musulman, lui, ignore totalement les motifs religieux de la croisade, qu’il consi­dère comme une guerre classique.

Négatives par bien des aspects, les croi­sades n’en sont pas moins, par leur retentis­sement psychologique, la pointe du mouve­ment d’expansion de la chrétienté médiévale.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.