Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

06- Perlesvaus et Lancelot se retrouvent

, par

Voici que commence une nouvelle branche du Conte du Saint Graal, comme en témoigne l’autorité de l’écriture et Joséphé qui en est le narrateur, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit :

Ainsi qu’en témoigne cette haute et noble histoire, le fils de la Dame Veuve était toujours chez le roi Pelles, dans son ermitage. A cause de la gravité du mal qui l’avait frappé après qu’il avait ; quitté le château du Roi Pêcheur, il s’était confessé à son oncle et lui avait dit de quel lignage il était, et qu’il se, nommait Perlesvaus’ ; mais le. bon ermite, le bon roi, lui avait donné le nom de Par-lui-fait, parce qu’il s’était fait par lui-même. Cependant, un jour que le- Roi Ermite était allé travailler dans la forêt, le bon chevalier Perlesvaus se sentit bien mieux et bien plus vigoureux que d’habitude. Il entendit les oiseaux chanter dans la forêt, et son ceeur s’enflamma du désir de chevale­rie ; il lui souvint des aventures qu’il trouvait dans les forêts, des demoiselles et des chevaliers qu’il avait coutume, d’y rencontrer, et il éprouva, plus fort que jamais auparavant, parce qu’il s’était, reposé si longtemps, le désir des armes. Il sentit renaître en son coeur la vigueur, la force en ses membres, et la volonté dans ses pensées. Il s’arma tout aussitôt, sella son cheval et l’enfourcha, priant Dieu qu’une aventure lui permette de rencontrer un bon chevalier. Il quitta l’ermitage de son oncle et pénétra dans la forêt sombre et pro­fonde. Après avoir longtemps chevauché, il arriva dans une belle clairière de vastes proportions ; il remarqua un arbre bien feuillu et bien vert, aux larges branches et à la vaste frondaison. Il s’arrêta sous son ombrage et se dit en lui-même que ç’aurait été le lieu idéal pour une joute entre deux chevaliers ; car l’endroit était extrême­ment agréable et plaisant. Tout à coup, alors qu’il était plongé dans ces pensées, il entendit un cheval hennir par trois fois dans la forêt ; très fort, et cela l’emplit de joie
- Ah, Dieu, dit-il, faites, dans votre grande aménité, que ce soit un chevalier sur son cheval, contre lequel je puisse éprouver s’il y a encore force, courage et bravoure en moi, car je ne sais ce que je vaux à présent, même si je me sens le coeur hardi et les membres pleins d’ardeur. Un chevalier ne peut réellement éprouver sa valeur que contre un autre chevalier d’égale bravoure : j’ai souvent entendu dire, en effet, que tous les chevaliers ne se valent pas. Aussi, je prie Notre Sauveur de faire que, si c’est bien un chevalier qui vient là, il ait force, hardiesse, et courage pour se défendre contre moi, car j’éprouve un vif désir de l’attaquer. Dieu fasse que l’un de nous ne tue pas l’autre !

Il regarde alors devant lui à l’autre bout de la clairière, et voit le chevalier sortir de la forêt : il était armé et portait à son cou un bou­clier blanc avec une croix d’or, et il tenait sa lance baissée. Monté sur un grand destrier, il allait au pas. Dès qu’il l’aperçut, Perlesvaus s’affermit sur ses étriers, empoigna sa lance et, tout joyeux, épe­ronna sa monture. Il se précipita de plein élan sur le chevalier et s’écria
- Seigneur chevalier, couvrez-vous de votre bouclier pour vous protéger comme je le fais du mien, car je vous défie pour un combat sans mise à mort. Dieu fasse que je vous trouve assez bon chevalier pour que la bravoure croisse en mon coeur, car je ne sais plus quelle sorte de chevalier je suis, et cela, on l’apprend mieux face à un bon chevalier que contre un mauvais !

Il frappe aussitôt le chevalier sur son écu avec une telle violence qu’il lui fait perdre l’un des étriers et lui troue le bouclier au-dessous de la boucle. Il le dépasse à grande allure, et le chevalier, se deman­dant ce qu’il lui veut, lui dit
- Mon ami, que vous ai-je fait ?

Perlesvaus ne répond pas : il est fort mécontent en lui-même de n’avoir pas réussi à abattre le chevalier - mais celui-ci n’était pas aussi facile à abattre, car c’était l’un des chevaliers du monde les plus capables de bien se défendre. Le chevalier s’élança sur Perlesvaus de toute la vitesse de son cheval, et Perlesvaus fit de même : les coups furent si violents sur les boucliers que les lances les transpercèrent et atteignirent les cottes de mailles. Perlesvaus avait blessé le chevalier à la poitrine et son arme s’y était bien enfoncée de deux doigts ; quant au chevalier, il ne manqua pas son coup et transperça de son arme le bras de Perlesvaus. Le bois des lances se brisa. Ils se heur­tèrent si violemment que les mailles de leurs hauberts s’imprimèrent sur leurs visages et sur leurs fronts. Le sang jaillit de leur bouche et de leur nez, rougissant leurs hauberts. Ils tirèrent leurs épées, fort en colère. Le chevalier au bouclier blanc interpella,Perlesvaus
- Je voudrais bien savoir qui vous êtes et pourquoi vous me haïs­sez au point de me blesser de la sorte ! Je vous ai trouvé un fort rude et fort courageux chevalier.

Sans répondre, Perlesvaus lui court sus à nouveau, l’épée levée, et le chevalier fait de même ; ils se donnent de grands coups sur les heaumes, avec une telle force que leurs yeux étincellent, et que la forêt retentit du choc de leurs épées. Le combat était terrible, et ils étaient tous deux de fort bons chevaliers, mais le sang qu’ils per­daient par leurs blessures les affaiblissait quelque peu ; cependant, la colère qu’ils éprouvaient l’un contre l’autre et leur ardent désir de vaincre les avaient à tel point échauffés que c’est à peine s’ils sen­taient leurs blessures, et ils se portaient de grands coups sans ména­ger leurs forces
.
De retour de la forêt, le Roi Ermite fut très peiné de ne point retrouver son neveu. Il enfourcha une blanche mule qui se trouvait dans l’ermitage : elle avait le front étoilé d’une croix vermeille ; José­phé le bon clerc affirme que cette mule avait appartenu à Joseph d’Arimathie au temps où il était au service de Ponce Pilate, et qu’il l’avait transmise au roi Pellés. Le bon Roi Ermite quitta l’ermitage sur sa mule, priant Dieu qu’il lui permette de retrouver son neveu. Il pénétra dans la forêt et chevaucha jusqu’à la clairière où se trouvait le bon chevalier. Percevant le choc des épées, il se précipita à toute allure vers les adversaires et se mit entre eux pour les empêcher de s’atteindre.
- Ah, seigneur, dit-il au chevalier au bouclier blanc, vous avez tort de vous battre avec ce chevalier : il est resté longtemps malade dans cette forêt, et vous venez de lui infliger de graves blessures !
- Seigneur, il ne m’a pas épargné non plus, répondit le chevalier, et je ne me serais jamais battu contre lui s’il ne m’avait attaqué le premier ; il ne veut même pas me dire qui il est, ni pourquoi il me hait !
- Et vous, cher seigneur, demanda l’ermite, qui êtes-vous ?
- Seigneur, je vais vous le dire : je suis le fils du roi Ban de Benoïc, et mon nom est Lancelot du Lac.
- Ah, cher neveu, dit l’ermite à Perlesvaus, c’est votre cousin ! Le roi Ban de Benoïc était le cousin germain de votre père. Faites-lui bon accueil !

Il leur fit ôter leur heaume et abaisser leur ventaille, puis leur demanda de s’embrasser et les conduisit dans son ermitage. Là, ils mirent pied à terre tous trois, et le roi appela un écuyer qui était à son service et lui ordonna de leur enlever leur armure avec précau­tion.
Il y avait à l’ermitage une jeune fille qui était la cousine germaine du roi Pellés, et qui avait soigné Perlesvaus alors qu’il était malade. Elle lava leurs blessures avec une grande douceur et nettoya le sang, et elle s’aperçut alors que Lancelot était plus gravement atteint que Perlesvaus.
- Demoiselle, dit l’ermite, qu’en pensez-vous ?
- Seigneur, dit-elle, il va falloir que ce chevalier garde le repos jusqu’à ce qu’il soit guéri, car il a été touché très dangereusement. - Risque-t-il d’en mourir ?
- Non, seigneur, répondit-elle, pas de cette blessure en tout cas, si elle est correctement soignée.
- Dieu soit béni ! s’exclama-t-il. Et mon neveu, qu’en est-il de lui ?
- Sa blessure, seigneur, guérira rapidement. Il ne court aucun danger.

La demoiselle, qui était fort avisée, soigna les blessures des cheva­liers et les pansa du mieux qu’elle put. Le Roi Ermite lui-même apporta son aide. Si Perlesvaus avait porté son bouclier, qui était resté à l’ermitage, rouge avec un cerf blanc, Lancelot l’aurait reconnu et aurait évité que le combat n’eùt lieu, car il avait entendu parler de ce bouclier à la cour du roi Arthur.

Les deux chevaliers restèrent quelque temps à l’ermitage ; Perles­vaus était presque rétabli, mais Lancelot avait été gravement touché et était encore bien loin de la guérison.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.